Le papotier d'Avesnières (1590).

On peut trouver l’origine du mot papotier dans les patois du Bas-Maine.

Paper : parler, répondre.  

Paper : a. fr. Ouvrir et rapprocher les lèvres.

Papot : n. m. Hure, tête de cochon. Péj. Figure humaine.

Papot : n. m. Lèvre proéminente et pendante, comme celle du cheval, de certains chiens.

Papaux ou papots n. m. pl. Les grosses joues d’un bébé ou, par extension, celles d’un adulte au visage bien rempli.

Papotier : n. m. Qui a de grosses joues.

 

Cette figure grotesque, articulée, en bois fruitier polychrome, a été sculptée par Jean Dubois en 1590. Elle était fixée au bas du buffet d’orgue de la basilique Notre-Dame d’Avesnières.

L’organiste, au moyen de certains tuyaux de la soufflerie, commandait un mécanisme qui permettait d’actionner la mâchoire ou de tourner les yeux, l’un de droite à gauche, l’autre de haut en bas.

 

Cet objet est caractéristique de la liturgie festive des XVème  et XVIème siècles. Les sculpteurs et facteurs d’orgue surchargeaient alors les buffets de carillons, d’automates vociférateurs, de têtes grimaçantes et de menus attributs destinés à l’amusements des petits et des grands.

Cette pièce est très rare car il n’en existe que cinq en France !

 

Ce papotier, disparu lors du démontage du buffet d’orgue de la basilique en 1878, a été retrouvé, en 2006, lors d’une vente publique à l’Hôtel Drouot. Il avait été conservé par Louis Garnier, responsable des monuments historiques de Laval, qui en avait fait réaliser une copie en plâtre pour le musée de Laval.

La ville de Laval a donc racheté, aux descendants de Louis Garnier, pour 8000€, une sculpture qui était propriété publique. La direction des musées de France a participé pour moitié à l’achat du papotier.

 

Le papotier d’Avénières est actuellement exposé au musée du Vieux-Château de Laval.