Argentré.

Vue sur Argentré.
Vue sur Argentré.

Eglise Saint-Cyr-Sainte-Julitte.

De l'époque romane, l'église dédiée à Saint Cyr et à Sainte Julitte, conserve le chœur, le transept et la tour située au sud de l’église.

On peut encore voir dans le chœur des fresques datant du XIIIème siècle.

En 1460, comme l’atteste une inscription, la voûte, la nef et la charpente sont restaurées.

Les bas-côtés et les deux arcades latérales du chœur sont construits à la même époque.

En 1867, on construit un appendice à la sacristie.

La façade romane est remplacée en 1901. La même année, la tour du clocher est refaite et les bas-côtés sont surélevés.

Epitaphe de Louis de Fontenay, prieur et curé d'Argentré, décédé en 1693.

EPTIAPHE DE DEFEVNCT MAISTRE LOVIS DE FONTENAY PRIEVR CVRE D'ARGENTRE

AMY PRES CE TOMBEAV PRIE DIEV IE TE CONIVRE

POVR LOVIS DE FONTENAY CAR C'EST CHOSE TRES SEVRE

QVE LE MORT A BESOING DE PRIERE ICY BAS.

DIS VN PATER AVE IL EST DANS LE TREPAS.

AVANT PLVS DE TRENTE ANS SERVY DANS CE VILLAGE

DE PRIEVR ET CVRE IL EST MORT C'EST DOMMAGE.

Les fonts baptismaux.

Fonts baptismaux en marbre veiné, noir et blanc. Le pied date du XVIIème siècle et la cuve ovale du XVIIIème siècle.

Vierge de Pitié.

Terre cuite du XVIIème siècle, la polychromie date sans doute du XIXème siècle. Le Christ est à demi couché sur les genoux de sa mère. Le voile qui recouvre la tête de la Vierge rappelle celui de la Déposition de Croix de Parné-sur-Roc.

Monument à la mémoire du Père du Coudray.

Le Révérend Père du Coudray a habité dans sa jeunesse au château de Grenusse à Argentré. Sacrifié à la haine antireligieuse, il fut fusillé, avec cinq autres otages, le 24 mai 1871, durant la commune de Paris. Ce monument est une copie de son tombeau à la maison des Pères Jésuites à Paris.

Les retables.

Les retables en marbre d’Argentré datent des XVIIème et XVIIIème siècles, celui de saint Thuribe date 1760 et celui de saint Michel de 1759.

Trois toiles ont été peintes par Adelyne Neveux (1912-1987) : les martyrs de saint Cyr et sainte Julitte, installée en 1956 sur le retable du maître-autel, le Saint Esprit sur le retable de Saint-Michel et "Saint Thuribe apporte la foi à Argentré au Vème siècle".

Retable de Notre Dame (XVIIème) - Icône de la Vierge à l'Enfant (XXème siècle).
Retable de Notre Dame (XVIIème) - Icône de la Vierge à l'Enfant (XXème siècle).
Retable de saint Thuribe (1760). Statues en terre cuite de saint Augustin, à gauche, et de saint Melaine, à droite.
Retable de saint Thuribe (1760). Statues en terre cuite de saint Augustin, à gauche, et de saint Melaine, à droite.
Saint Thuribe apporte la foi à Argentré au Vème siècle.
Saint Thuribe apporte la foi à Argentré au Vème siècle.
Retable de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (XVIIIème).
Retable de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (XVIIIème).
Retable du maître-autel (XVIIIème).
Retable du maître-autel (XVIIIème).
Martyr de Saint Cyr et Sainte Julitte.
Martyr de Saint Cyr et Sainte Julitte.
Saint Pierre, plâtre polychrome du XIXème siècle.
Saint Pierre, plâtre polychrome du XIXème siècle.
Saint Joseph et l'Enfant Jésus, plâtre polychrome du XIXème siècle.
Saint Joseph et l'Enfant Jésus, plâtre polychrome du XIXème siècle.
Retable de saint Michel (1759) - Le tabernacle, reproduction en miniature d'un retable, date du XVIIème siècle.
Retable de saint Michel (1759) - Le tabernacle, reproduction en miniature d'un retable, date du XVIIème siècle.
Statues en plâtre de saint Etienne, à gauche, et de saint Sébastien, à droite (XVIIIème)..
Statues en plâtre de saint Etienne, à gauche, et de saint Sébastien, à droite (XVIIIème)..
Retable de sainte Anne (XVIIIème).
Retable de sainte Anne (XVIIIème).

Fresque (XIIIème siècle).

La voûte située au-dessus du maître-autel a conservé les traces d’une fresque formée, pour l’essentiel, de motifs géométriques bicolores, selon la tradition du XIIème siècle. Le décor a vraisemblablement été exécuté en une première étape sur enduit frais puis, dans un second temps, à la détrempe. Cette voûte, qui ornait probablement tout le chœur, a été restaurée vers 1960.

Chaire à prêcher en bois (1742) - hauteur 5 m 40.

L’accès à la chaire se fait par une porte ouverte dans le mur. La cuve est ornée de cinq panneaux dont quatre sont sculptés et dorés à la feuille : saint Georges terrassant le dragon, le Bon Pasteur, la Vierge à l’Enfant et saint Jean l’Evangéliste. L’abat-voix, en forme de couronne royale, date du XIXème. Une inscription est peinte sur la chaire :

" Me GEORGE GUERIN CHANOINE REGULIER PRIEUR D’ARGENTRE 1742 ".

 

La Mairie.

Le presbytère a été construit en 1873, à proximité de l’église. Les bâtiments ont été entièrement restaurés pour accueillir les locaux de la mairie. Les anciens bâtiments de service du presbytère (bûcher, écuries, remise…) ainsi que les murs d’enceinte ont été détruits en 2006.

Ancien mécanisme de l’horloge du clocher de l’église d’Argentré.

L’horloge a été installée vers 1875 par la société Lussault de Tiffauges en Vendée. Elle était remontée manuellement chaque jour.

A partir des années 20 et jusqu’après la guerre de 1940, c’était la mère Lancelin qui montait dans le clocher tous les jours pour remonter les horloges. L’escalier était raide… "

Le 11 avril 1950, un devis est présenté au conseil municipal pour remettre à neuf toute l’installation et adapter un remontage automatique.

On peut voir ce mécanisme dans le hall de la mairie d’Argentré.

Le château d'Hauterives.

Il comporte un château (vaste corps de logis à sept travées), des douves sèches, un pigeonnier, une chapelle, un pavillon isolé du XVIIIème, un jardin avec clôture et tour, un puits central, un bois et un parc avec de grandes allées.

 

En septembre 1209, Guillaume d'Hauterives reconnaît devant Savary d'Anthenaise, seigneur de Bazougers, tenir de lui son manoir d'Hauterives avec toutes ses dépendances et lui devoir service à cheval et armée.

Jean Baptiste Berset, riche négociant lavallois, achète la propriété en 1737. Il fait construire le château, la chapelle (1760) et le pigeonnier. Le 15 juin 1795, tandis que la famille Berset croupit dans les prisons révolutionnaires, le château est pillé et saccagé par un détachement de républicains, commandé par le général Gency. Une fête mémorable célèbre la Restauration dans le parc en 1814.

Vendu un temps à des Italiens, le château d'Hauterive appartient dans les années 80 à l'imprimeur Yves Floc'h. Inoccupé, le château fait l’objet de pillages et de dégradations importantes.

Le 21 février 2007, les familles Matton et Richard achètent le château. Il faudra plus de 20 mois de travaux à 82 entreprises pour le restaurer. Le 7 septembre 2008, les quatre propriétaires reçoivent dans leurs jardins tous les résidents d'Argentré.

Epi de faîtage: Judith vient de décapiter Holopherne dont elle tient la tête dans sa main gauche.
Epi de faîtage: Judith vient de décapiter Holopherne dont elle tient la tête dans sa main gauche.

Le pigeonnier.

Autrefois, seul le seigneur pouvait posséder un pigeonnier, il ne pouvait en construire qu’un seul sur une propriété. Le seigneur élevait des couples de pigeons domestiques pour la chasse, pour leur chair et pour leurs excréments (engrais). Ce privilège a été aboli le 4 août 1789, pendant la Révolution Française.

Construit autour d'un pilier central permettant l'accès aux boulins (nids creusés dans les parois), le pigeonnier possédait généralement deux niveaux séparés par un larmier (relief empêchant les rongeurs d'attaquer le niveau supérieur).

La chapelle Saint-Denis – Château d’Hauterives.

La chapelle Saint-Denis-l’Aéropagite, première chapelle du château, est achevée le 10 avril 1508. L’édifice actuel a été construit en 1760, par Jean Baptiste Berset, en même temps que le château. En 1802, l’évêque du Mans permet au propriétaire de faire dire la messe dans la chapelle. La chapelle, actuellement en cours de restauration, est couronnée par un petit campanile très élancé.

Manoir - Rue du Bocage.

Ancien puits.
Ancien puits.

Le plan d'eau d'Argentré.

Aire de pique-nique, pédalo, pêche, baignade surveillée en juillet et en août.

Près du plan d'eau, une piste de BMX homologuée de niveau national. Le BMX (Bicycle Motocross) est un sport acrobatique et spectaculaire. Lors d’une course, les huit concurrents doivent parcourir une piste, d’environ 400 m, parsemée d'obstacles qui se sautent.

La Croix Picard.
La Croix Picard.
La Croix Maugé.
La Croix Maugé.