Aron.

L'église Saint-Martin.

L'église médiévale Saint-Martin d'Aron fut incendiée par les soldats allemands le 6 août 1944 ainsi que 50 maisons, le presbytère et l'école de garçons. Elle a été reconstruite en 1955, dans un nouveau style, suivant les plans de l'architecte Jean Guy Pierre. Le clocher de section carrée est séparé du corps principal par un auvent. Contrairement à l'habitude, la croix domine le coq.

Le mobilier comprend un crucifix en bois polychrome, don d'une commune voisine après le sinistre, et une statue de saint Jean Baptiste, également en bois polychrome.

Une tapisserie (11,6 m x 1,3 m), provenant d'Aubusson, représente les principaux épisodes de la vie de saint Martin.
Le retable en céramique (160 x 120 cm), a été réalisé en 1955 par Mme Bizette-Lindet. Il représente la Vierge portant l'Enfant, entourée de l'âne, d'un Roi mage, d'une colombe et d'une fleur de lis.

L'église après la Libération.
L'église après la Libération.

Les vitraux.

Les vitraux ont été dessinés par Maurice Rocher et réalisés par les ateliers Degusseau d'Orléans en 1956.

Les vitraux du vestibule évoquent l'artisanat et l'industrie, ceux du bas-côté sont dédiés aux lieux de dévotion à Marie (Notre-Dame de la Vallée, Pontmain, Doucé), et ceux des fonts baptismaux à saint Jean-Baptiste.

Donjon du Parc des Forges (XIIIème ou XIVème siècle).

Au milieu du Parc des Forges, se dresse une tour ronde, autrefois entourée d'un double fossé. C'est l'unique vestige du château féodal qui fut détruit à la fin de la guerre de Cent Ans.

Stèle gauloise.

Cette stèle gauloise a été trouvée dans les fondations de l'église d'Aron lors de sa reconstruction. Elle se trouve aujourd'hui dans le jardin du presbytère, au pied d'un calvaire.

La bataille d’Aron.

Le soir du 5 août 1944, la ville de Mayenne est libérée, les troupes allemandes se replient vers l’est, à Aron et à Bais. Le 6 août, les soldats allemands reviennent vers Aron pour une contre-attaque. La bataille va durer jusqu’au 12 août 1944.

Avant leur retraite, les soldats allemands vont incendier l'église, le presbytère, l'école des garçons et plus de 50 maisons. Aron fut sans doute la commune rurale la plus sinistrée de la Mayenne.

Le Monument des fusillés.

Ce monument a été érigé en souvenir de quatre habitants de la commune et du curé de Grazay fusillés par les Allemands le 5 août 1944. Il est situé au lieu-dit "Le Chêne-des-Croix".

Abbé Allaire Joseph : 56 ans, curé de Grazay.

Masserot François : 59 ans, ouvrier scieur.

Raimbault Maxime : 57 ans, marié, 5 enfants, cultivateur.

Raimbault Henri : 14 ans, aide de culture.

Vannier Eugène : 43 ans, ouvrier scieur, marié, 5 enfants.

La chapelle Saint-Anne-des-Eaux.

Cette chapelle, érigée avant le XVIIème siècle, a été restaurée en 1804, 1939 et 1979.
Elle abrite une statuette en bois polychrome, haute de 30 cm, représentant Saint-Ortaire, abbé de l'abbaye de Landelle (Calvados) ainsi qu’une statue de sainte Anne portant la Vierge enfant. On attribue à sainte Anne la protection de la commune contre les ravages de la grêle.

La chapelle Sainte-Ouie.

Cette chapelle du XIIIème siècle est évoquée dans une charte de 1217.
Sainte Ouïe était invoquée pour la surdité et les maux des yeux. Le sanctuaire conserve une statue de saint Jean-Baptiste à l'Agneau dont le culte a supplanté celui de sainte Ouie.

Un pèlerinage s'y est perpétué jusqu'au milieu du XXème siècle.

Une restauration a eu lieu en 2006.