Brée.

Brée est un petit village d'environ 500 habitants situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Laval. Ses habitants sont appelés les Bréens et les Bréennes. Deux cours d’eau traversent le village, la Jouanne et la Deux-Evailles.

La mairie de Brée.
La mairie de Brée.

Maison Dassé – XVIIIème siècle.

Cette maison couverte d’un toit à quatre pentes est restée dans son état d’origine. Les ouvertures d’aération du grenier ont été conservées telles qu’à la construction vers 1750. Sur la partie gauche, la demeure est dotée de deux celliers et réserves.  

La chapelle Sainte-Croix - inscription par arrêté du 23 décembre 1996

En 1575, le curé de la paroisse fait édifier une chapelle dans le grand cimetière.

Une clôture en bois sépare le chœur du narthex ouvert sur l’extérieur par un arc en plein cintre.

Le soubassement de la clôture est en moellon bordé de granite. La partie médiane, à claire voie, la partie supérieure et le vantail de la porte sont en chêne sculpté. La voûte a été partiellement restaurée.

Dans le chœur, un Christ en Croix du XVIème siècle(?) constitué de trois morceaux (les bras sont rapportés) et des statues des XVIème et XVIIème siècles.

 

Le seul vestige de l’entrée de l’ancien cimetière qui se trouvait autrefois près de la chapelle est un bloc de granite, en arc de cercle. Il a été exécuté en 1549, sans doute commandité par F. Chardon. Une partie de l'arc est doté de bas reliefs : un crâne et des os sont assemblés en tête de mort.

Clôture en bois séparant le chœur du narthex.
Clôture en bois séparant le chœur du narthex.
On peut voir, gravé sur la poutre, la date 1575.
On peut voir, gravé sur la poutre, la date 1575.
Dans un coin, des chaussures et des chaussons déposés par les parents dont les enfants tardaient à marcher.
Dans un coin, des chaussures et des chaussons déposés par les parents dont les enfants tardaient à marcher.
Christ en Croix du XVIème siècle(?) constitué de trois morceaux: les bras sont rapportés.
Christ en Croix du XVIème siècle(?) constitué de trois morceaux: les bras sont rapportés.
Vestige du portail du cimetière - 1549.
Vestige du portail du cimetière - 1549.

Eglise Paroissiale Saint-Gervais, Saint-Protais.

L’église fut entièrement remaniée au XVIème siècle. La nef date de 1552 et la tour de 1576. La tour fut reprise et couronnée d’une flèche en 1866, par le charpentier Baudriller.

Les seigneurs de la famille Le Cornu avaient fait pratiquer, pour se chauffer pendant les offices, une cheminée cachée actuellement derrière un confessionnal.

En juin 1795, pour déloger une vingtaine de républicains qui se sont réfugiés dans l’église, les chouans y mettent le feu. Les soldats trouvent d’abord refuge dans le clocher mais finissent par se rendre. Ils seront tous fusillés sur le champs.

L'église sera restaurée en 1809 et le clocher actuel date de 1866.

Le retable du maître-autel.

Le retable à deux étages, en tuffeau et marbre, exécuté en 1637-1638 par Tugal Caris, provient de l'église Saint-Vénérand de Laval. Il a été déplacé en 1855.

Les statues d'origine de Saint-Gervais, à gauche, et de Saint-Protais, à droite, sont en terre cuite et ont été exécutées par le sculpteur manceau Charles Hoyau dans la première moitié du XVIIème siècle.

Retable du Sacré Coeur - XVIIème siècle.

Le retable du Sacré Coeur, en tuffeau et en marbre, est attribué à Jean Martinet ou à Tugal Caris.

Retable de la Vierge - XVIIème siècle.

Le retable de la Vierge, en tuffeau et en marbre, est attribué à Jean Martinet ou à Tugal Caris.

Vitrail de saint Pierre.

La verrière historiée de saint Pierre (vocation, enseignement du Christ, délivrance par un ange, reniement) a été réalisée en 1862 par F Fialex, peintre-verrier à Mayet.

Vitrail de la Vierge.

La verrière historiée de la Vierge (annonciation, nativité, présentation au temple, scène absente) a été réalisée en 1869 par F Fialex, peintre-verrier à Mayet.

Plaque funéraire de l'abbé René Le Cornu, décédé en 1733.

Plaque rectangulaire présentant l'inscription funéraire en 18 vers octosyllabiques. L'inscription est encadrée d'une bordure gravée en hachures.   

L’abbé René Le Cornu, issu d’une famille noble possédant la terre de Brée, fit, vers 1700, des travaux d’agrandissement de l’église.

Epitaphe de l'abbé René Le Cornu.
Epitaphe de l'abbé René Le Cornu.

Le lavoir Saint-Gervais.

Le lavoir se trouve à l'angle de la rue Saint-Gervais (en face l'église) et de la rue René Bailly.

Lavoir en impluvium, couvert d’ardoises, alimenté par la source Saint-Gervais. Pour y accéder, il faut descendre quelques marches. Le sol du lavoir est en briques. Des carrosses y sont entreposés. Une voisine y ferait encore sa lessive.

Le château de la Grande Courbe.

Habitat seigneurial datant du Moyen Âge. La partie la plus ancienne date sans doute du XIIIe siècle, Le château est bordée au Sud par la Jouanne qui alimente les douves.

Le château jouissait du titre de chatellenie avec haute, moyenne et basse justice.

On entrait dans la cour par un portail plein cintre protégé jadis par un pont-levis.

Au XIXe siècle, la maison seigneuriale de la Courbe est affectée au logement du fermier, les bâtiments sont fortement ruinés.

En 1972, Monsieur et Madame Guy Dever achètent le château de la Grande Courbe afin de le restaurer.