Château-Gontier - Refuge de l'Arche.

Au Refuge de l'Arche, pas de dressage, ni de spectacles ou de numéro de cirque! On y vient pour observer des animaux, dans un calme retrouvé, après une vie trop souvent perturbée au contact de l’homme.

 

Le Refuge de l'Arche n’accueille que des animaux abandonnés, malades, blessés, maltraités…

Il accueille les animaux de la faune locale trouvés blessés ou malades. Ceux-ci, après avoir été soignés, sont relâchés dans leur milieu naturel ; seuls les animaux trop dépendants de l'homme sont gardés.
Il accueille également des animaux exotiques devenus trop encombrants pour leur propriétaire. Les animaux sont installés sur de grands espaces : parcs, volières, abris couverts...


Aujourd'hui, le Refuge de l'Arche s'étend sur 15 hectares, compte plus de 1500 animaux (150 espèces) et 100000 visiteurs par an.

La faune locale.

Les animaux de la faune locale (grèbes huppées, buses, faucons, chouettes, hiboux, hérons, poules d'eau...), trouvés blessés dans la nature, sont soignés puis relâchés dans leur milieu naturel. Les animaux non relâchables (amputés, aveugles, imprégnés de l'homme...) restent en volières.

Les ratons laveurs.

Les premiers ratons laveurs sont arrivés en 1998. Ils vivaient dans une villa, chez des particuliers habitant Montpellier.

 

Après plus d'un mois de voyage, une femelle raton laveur qui avait été enfermée malencontreusement dans un container aux Etats-Unis, est recueillie par des dockers à Rouen puis confiée au Refuge de l’Arche.

Les renards roux.

Lors de battues, il se trouve toujours une bonne âme pour "sauver" un ou plusieurs renardeaux. En appartement, la vie devient rapidement impossible: odeur, vacarme la nuit.  Finalement, is sont apportés au Refuge de l'Arche.

Les wallaby de Bennett.

Les wallaby de Bennett sont arrivés au Refuge de l'Arche en septembre 2004, ils proviennent d'un domaine de la région parisienne.

Les babouins.

Des touristes ramènent, d'un voyage en Afrique, un bébé babouin caché dans une chaussure enfouie dans un sac. Ils l'offrent à des amis parisiens qui ne veulent pas posséder d'animaux dans leur appartement. Aucun parc zoologique ne voulant l'accueillir, le Refuge de l'Arche est le dernier recours.

Les tigres.

Djina, la tigresse, abandonnée par sa maîtresse, est arrivée au Refuge de l'Arche déshydratée et amaigrie. Au bout de quelques semaines, elle avait repris 50 kg.

Les lions.

Baringo, le mâle, a été trouvé bébé sur le bord d'une route de la Mayenne en août 2004. L'animal était tombé d'un camion du Cirque de Paris de passage en Mayenne.

Yolga et Naivasha, les lionnes, proviennent de deux cirques.

La panthère.

En septembre 2007, une panthère tachetée est repérée en pleine nature dans le Périgord. Après avoir été capturée, la panthère sera confiée au Refuge de l'Arche.

Les ours.

Miljen est arrivé au Refuge de l'Arche en juillet 2008. Il avait été enfermé pendant 8 ans, en Bosnie, dans un enclos d'une vingtaine de mètres carrés et ne pesait que le tiers du poids normal d'un ours adulte.

Chèvres naines du Sénégal.

Les chèvres viennent de chez des particuliers qui avaient fait l'erreur de les acheter pour entretenir leur domaine. Les chèvres ont tout mangé (arbres, fleurs, potager...), ont grimpé dans les arbres, sur les toitures accessibles... Les propriétaires ont fini par s'en séparer.

Les dromadaires et les buffles d'eau.

Quatre dromadaires et quatre buffles d'eau ont été confiés au Refuge de l'Arche après avoir été saisis chez un particulier qui les détenaient illégalement.

Les lamas.

Les lamas sont arrivés au Refuge de l'Arche en 2004, suite à une saisie dans un commerce illégal d'animaux.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Joanna (samedi, 14 décembre 2013 10:54)

    Je vous félicité ce que vous faites et vraiment bien donner une seconde chance à ses animaux qui encore un fois subissent l’intérêt des hommes pour de mauvaise raison !! Continuer comme ça je vous félicite j'ai 17 ans et j4aimerais sauver des animaux plustard !