Colombiers-du-Plessis.

Les Jardins des Renaudies.

En 1988, au cœur du Bocage Mayennais, Jean Renault, pépiniériste passionné, crée les jardins des Renaudies. Depuis 2003, ils sont la propriété de la Communauté de Communes du Bocage Mayennais.

Dans un cadre verdoyant de 4 hectares, ce jardin présente plus de 3 000 espèces de plantes :  rhododendrons, azalées, hortensias, bruyères, narcisses, rosiers, camélias, bruyères, plantes vivaces, châtaigniers du japon, conifères nains

Au détour de votre promenade, vous découvrirez le jardin potager, la rivière et sa roue de moulin, le lavoir…

Le bassin.
Le bassin.
Le jardin clos.
Le jardin clos.
La roue du moulin et le lavoir.
La roue du moulin et le lavoir.
La roue du moulin.
La roue du moulin.
" Et pourtant, elle tourne... "
" Et pourtant, elle tourne... "
Le lavoir.
Le lavoir.
Le lavoir.
Le lavoir.

L’écomusée rural.

Pour compléter la visite, un écomusée rural reconstitue l’habitat et l’activité d’une famille paysanne au XIXème avec son habitation, sa boulangerie, sa forge, son lavoir, ses outils...

La ferme - Au premier plan, le four à pain.
La ferme - Au premier plan, le four à pain.
La maison du XIXème siècle.
La maison du XIXème siècle.
Détail de la cheminée.
Détail de la cheminée.
Le four à pain.
Le four à pain.
Le four.
Le four.
Une maie - La maie est apparue au XVème siècle. C'est un meuble utilisé pour la conservation de la farine et la fabrication du pain. Le plateau mobile servait de plan de travail.
Une maie - La maie est apparue au XVème siècle. C'est un meuble utilisé pour la conservation de la farine et la fabrication du pain. Le plateau mobile servait de plan de travail.
Le soufflet de la forge - Le métier de forgeron date de l'age de fer (3000 ans avant J.C.).
Le soufflet de la forge - Le métier de forgeron date de l'age de fer (3000 ans avant J.C.).
Pour fabriquer les cordes utilisées dans les fermes, on utilisait un "Moule à cordes".
Pour fabriquer les cordes utilisées dans les fermes, on utilisait un "Moule à cordes".
Du lait au beurre.
Du lait au beurre.
Ecrémeuses et malaxeurs à beurre.
Ecrémeuses et malaxeurs à beurre.
Barattes  - La baratte est un outil permettant de transformer la crème du lait en beurre.
Barattes - La baratte est un outil permettant de transformer la crème du lait en beurre.
L'atelier du bourrelier - Le bourrelier fabriquait tout ce qui avait attrait au cheval: colliers, licols, brides... Il travaillait essentiellement le cuir à la main.
L'atelier du bourrelier - Le bourrelier fabriquait tout ce qui avait attrait au cheval: colliers, licols, brides... Il travaillait essentiellement le cuir à la main.
Etabli pour carder - Le bourrelier fabriquait également les matelas de laine.
Etabli pour carder - Le bourrelier fabriquait également les matelas de laine.
Le sabotier - Les sabots ont été créés par les Gaulois il y a 2000 ans. Jusqu'au début du XXème siècle, les sabotiers vivaient en forêt. Ils fabriquaient directement sur les lieux de coupe et descendaient au village avec les sabots prêts à vendre.
Le sabotier - Les sabots ont été créés par les Gaulois il y a 2000 ans. Jusqu'au début du XXème siècle, les sabotiers vivaient en forêt. Ils fabriquaient directement sur les lieux de coupe et descendaient au village avec les sabots prêts à vendre.
Les bois les plus utilisés étaient le peuplier, le hêtre, l'érable, le bouleau, l'aulne et le plus cher : le noyer.
Les bois les plus utilisés étaient le peuplier, le hêtre, l'érable, le bouleau, l'aulne et le plus cher : le noyer.
L'atelier du tonnelier - Les tonneaux ont été inventés par les Celtes. Ce n'est qu'au début du XIIIème siècle que les "charpentiers de tonneaux" prirent le nom de tonneliers.
L'atelier du tonnelier - Les tonneaux ont été inventés par les Celtes. Ce n'est qu'au début du XIIIème siècle que les "charpentiers de tonneaux" prirent le nom de tonneliers.
Les troncs de chêne étaient débités à la hache et fendus au moyen du "coutre" et de la "mailloche", dans le sens des fibres. Pour tailler les planches (douelles, douvelles ou douves) le tonnelier utilisait une plane et un banc à planer.
Les troncs de chêne étaient débités à la hache et fendus au moyen du "coutre" et de la "mailloche", dans le sens des fibres. Pour tailler les planches (douelles, douvelles ou douves) le tonnelier utilisait une plane et un banc à planer.
Après avoir taillé les douelles, il les assemblait avec des cercles de bois (châtaignier, bouleau, saule) ou de métal.
Après avoir taillé les douelles, il les assemblait avec des cercles de bois (châtaignier, bouleau, saule) ou de métal.
Le nom de foudrier était donné aux tonneliers qui fabriquaient "les foudres", tonneaux de grand volume (plus de 1000 litres).
Le nom de foudrier était donné aux tonneliers qui fabriquaient "les foudres", tonneaux de grand volume (plus de 1000 litres).
Le pressoir à vis - Ce pressoir possède deux vis, ce qui est très rare.
Le pressoir à vis - Ce pressoir possède deux vis, ce qui est très rare.
De nombreux pressoirs ont malheureusement été détruits. On ne conservait que les vis pour servir de décor ou de supports de fleurs dans les maisons.
De nombreux pressoirs ont malheureusement été détruits. On ne conservait que les vis pour servir de décor ou de supports de fleurs dans les maisons.
Pour de petites quantités de pommes ou pour "represser" le marc pour la fabrication du "calva", on utilisait de petits pressoirs.
Pour de petites quantités de pommes ou pour "represser" le marc pour la fabrication du "calva", on utilisait de petits pressoirs.
Le hangar abritant les machines pour le travail de la terre.
Le hangar abritant les machines pour le travail de la terre.
La moissonneuse batteuse fonctionnant à l'aide d'une machine à vapeur.
La moissonneuse batteuse fonctionnant à l'aide d'une machine à vapeur.
Un arracheur de pommes de terre.
Un arracheur de pommes de terre.
Coupe-racines - Les betteraves, réduites en morceaux à l'aide des lames, étaient mélangées à de la paille hachée. Ce mélange devait fermenter avant d'être distribué aux bovins.
Coupe-racines - Les betteraves, réduites en morceaux à l'aide des lames, étaient mélangées à de la paille hachée. Ce mélange devait fermenter avant d'être distribué aux bovins.

L'église du Colombiers-du-Plessis.

La croix cémétériale.

Cette croix du XVIIème siècle a été commandée par maître Tricon, prêtre.

Le croisillon fleuronné présente un Christ en relief sur une face et l'évêque Saint Eloi, protecteur de la paroisse, sur son revers.

L'emmarchement de cinq degrés et une partie du fût n'ont pas été remontés lors du transfert de la croix dans le cimetière. La partie portant l'inscription en champlevé "Tricon.P - 1692" est encastrée dans le mur d'une maison du bourg.

 

Repère de nivellement au cimetière.
Repère de nivellement au cimetière.

Le lavoir communal.

L’ancien lavoir, datant de 1895, est exclusivement alimenté en eau de source. Le surplus est conduit dans l’étang de la Graffardière.

Ce lavoir est composé d’un bassin en maçonnerie rectangulaire et est couvert d’une charpente en bois. Il est agrémenté de trois carrosses et de trois battoirs d'époque. Les lavandières mettaient de la paille dans les carrosses pour protéger leurs genoux.

Ce lavoir a été restauré en 2009 et est nettoyé toutes les trois semaines. Il est situé près du cimetière sur la route de Lévaré.