Contest.

Ancien pigeonnier.

Cet ancien pigeonnier, devenu habitation, appartenait à une ferme qui dépendait d'une des seigneuries de la commune.

L’église Saint-Martin.

La date de construction de cette église est incertaine. Elle est mentionnée pour la première fois en 1106. Une baie géminée sur le mur du chevet atteste ses origines romanes. La voûte du chœur, en grès roussard, date du XIIIème siècle. La nef est couverte d’une fausse voûte en bois. A l’extérieur, on peut apercevoir le réemploi de pierres tombales, en granit, des XIIème et XIIIème siècles dans les contreforts du mur.

Au XVIIème siècle, le curé Illand fait bâtir deux chapelles de chaque côté du choeur formant ainsi un transept. La date de 1608 peut encore se lire sur la clé de voûte de l’arc ouvrant sur la chapelle sud. En 1881 sous l’impulsion du maire de l’époque Monsieur Charpentier, l’église fut prolongée d’une travée et dotée d’un clocher en tuffeau de style gothique.

Le tympan du portail représente saint Martin offrant la moitié de son manteau à un pauvre.

La petite porte murée donnait accès au cimetière qui se trouvait, à l'origine, au sud de l'église.
La petite porte murée donnait accès au cimetière qui se trouvait, à l'origine, au sud de l'église.
Réemploi de pierre tombale.
Réemploi de pierre tombale.

Dalle funéraire de Jehan de la Matheraye.

Cette dalle funéraire, de la fin du XIVème siècle, se trouvait à l'origine dans le dallage de la nef. Le chevalier Jehan de la Matheraye est représenté sous un dais gothique, armé, les mains jointes, un lévrier sous ses pieds.

Le maître-autel.

Commandé par l’abbé Moullard, le retable du maître-autel a été réalisé en 1658 par René Trouillard, architecte angevin qui fit murer les fenêtres géminées du choeur. Le retable à deux étages, en tuffeau et en marbre d’Argentré et de Saint-Berthevin, possède trois statues en terre cuite et deux en bois doré. Il masque une peinture murale ornant le mur du chevet.

Objet classé MH en 1993.

La chapelle du Rosaire.

Occupant la chapelle sud, le retable du Rosaire est attribué au sculpteur Bernard Van Dolo. Il est orné d’un haut-relief de la Vierge portant l’Enfant Jésus et donnant le Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne. Devant le retable, un autel en bois, datant de 1627, est également attribué à Bernard van Dolo.

La Résurrection de Lazare (1627).

Le devant de l’autel du Rosaire est orné d’un panneau en bois polychrome représentant la Résurrection de Lazare. Il comprend treize personnages : Jésus, Lazare, Marthe et Marie, deux fossoyeurs... À l’origine cette oeuvre se trouvait dans la chapelle Notre-Dame-du-Bois, fondée en 1620, à la suite d’un vœu, par Marie Cotteblanche, parente du curé Iland. Cette chapelle est aujourd’hui détruite.

La chapelle nord.

L’arbre de mai.

En arrivant à Contest par la rue d'Hollenbach, bordée de chaque côté par les deux écoles du village, vous apercevrez un arbre de Mai, réplique des arbres de mai dressés en Bavière.

Cet arbre, unique en Mayenne, fut planté en 2001 pour le dixième anniversaire du jumelage de Contest et d’Hollenbach (Allemagne). Au carrefour, un panneau indique: "Hollenbach, 1048 km".

Sur les branches de cet arbre de mai, aux couleurs de la Bavière, sont représentés différents corps de métiers de la commune : agriculteur, boulanger, coiffeur, menuisier… ainsi que des bâtiments : église, école, bar.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    jorre (mercredi, 11 juillet 2012 13:57)

    pour moi , merci