Le château de Craon.

Vers 1770, construction du château de Craon en pierre blanche de la Loire par le Marquis d’Armaillé. Le château se compose d’un corps central rectangulaire flanqué de deux ailes. Ses façades sont ornées de nombreuses sculptures. Le château est entouré d’un parc de 42 ha.

En 1830, la famille de Champagné achète le château et fait dessiner un parc à l’anglaise.

Alain de Champagné meurt en 1918 sans enfant. Sa veuve, Hélène de Langle, épouse en secondes noces Fortuné d’Andigné.

En 1930, le château est entouré d’un jardin à la française.

En 1935, Fortuné d’Andigné décède à Craon, Hélène continue à vivre au château jusqu’en 1954.

Elle cède la propriété à un neveu de son premier mari, le Comte Louis de Guébriant.

Le château est classé Monument Historique depuis 1943.

Portail, entrée du parc.
Portail, entrée du parc.
Petit pavillon à l'entrée du parc.
Petit pavillon à l'entrée du parc.
La chapelle.
La chapelle.
Vitrail de la chapelle "Plutôt mourir que trahir".
Vitrail de la chapelle "Plutôt mourir que trahir".
Bâtiment faisant pendant à la chapelle. Il servit de remise puis de menuiserie. Aujourd'hui, il abrite les toilettes.
Bâtiment faisant pendant à la chapelle. Il servit de remise puis de menuiserie. Aujourd'hui, il abrite les toilettes.
Le château, façade nord. Les deux pavillons latéraux sont placés en avant de la façade principale.
Le château, façade nord. Les deux pavillons latéraux sont placés en avant de la façade principale.
Façade nord - détail.
Façade nord - détail.
Le château, façade sud,
Le château, façade sud,
Fronton sud orné de la déesse Flore. Elle est étendue et se regarde dans le miroir que lui tend un petit amour.
Fronton sud orné de la déesse Flore. Elle est étendue et se regarde dans le miroir que lui tend un petit amour.
La déesse Flore a été resculptée pour cacher sa nudité qui choquait le propriétaire du château.
La déesse Flore a été resculptée pour cacher sa nudité qui choquait le propriétaire du château.
Le pigeonnier.
Le pigeonnier.
Le vieux puits citerne, mesurant 12 mètres de profondeur et 2,50 mètres de diamètre, assurait l'abreuvement des chevaux.
Le vieux puits citerne, mesurant 12 mètres de profondeur et 2,50 mètres de diamètre, assurait l'abreuvement des chevaux.
L'orangerie où l'on remisait les orangers en hiver. En 1900, l'orangerie a été aménagée en maison d'habitation.
L'orangerie où l'on remisait les orangers en hiver. En 1900, l'orangerie a été aménagée en maison d'habitation.
L'orangerie - le fronton.
L'orangerie - le fronton.
Charpente de l'écurie.
Charpente de l'écurie.
La glacière. L'hiver, on y entassait la neige et la glace de la rivière afin de disposer d'un endroit frais à la belle saison.
La glacière. L'hiver, on y entassait la neige et la glace de la rivière afin de disposer d'un endroit frais à la belle saison.
La chapelle Saint Eutrope, en ruine.
La chapelle Saint Eutrope, en ruine.
Vieille tour qui servit longtemps de cave.
Vieille tour qui servit longtemps de cave.
Ancienne tour moyenâgeuse des fortifications de Craon. On aperçoit encore deux archères.
Ancienne tour moyenâgeuse des fortifications de Craon. On aperçoit encore deux archères.
L'orangerie du jardin potager (fin XIXème).
L'orangerie du jardin potager (fin XIXème).
Serre du jardin potager (XIXème) remise en état en 1993.
Serre du jardin potager (XIXème) remise en état en 1993.
Serre (XIXème) - détail.
Serre (XIXème) - détail.
La serre à raisins.
La serre à raisins.

Le lavoir du château.

La "buée" se pratiquait deux ou trois fois par an au château. Elle occupait, pendant trois ou quatre jours, trois femmes qui travaillaient sous la direction d’une laveuse-chef.

Le linge (draps, nappes, serviettes…) était amené dans la première pièce sur un tombereau. Le premier jour, il était savonné et frotté sur des tables. Les laveuses utilisaient l’eau de la chaudière à bois, allumée la veille.

Le deuxième jour, le linge était déposé dans les grandes cuves dont le fond avait été garni de sacs de cendre de bois. La laveuse-chef procédait alors à la buée, elle arrosait le linge avec de l’eau bouillante.

Le troisième jour, agenouillées dans leur carrosse, les laveuses rinçaient le linge dans la rivière.

Le linge était mis à sécher dans le pré voisin.

Le lavoir.
Le lavoir.
Cheminée dans la première pièce.
Cheminée dans la première pièce.
En 1900, ce moteur à essence, qui se trouvait dans les caves du château, faisait tourner une dynamo qui chargeait des batteries, lesquelles fournissaient l'éclairage du château.
En 1900, ce moteur à essence, qui se trouvait dans les caves du château, faisait tourner une dynamo qui chargeait des batteries, lesquelles fournissaient l'éclairage du château.
Cuves dans la seconde pièce.
Cuves dans la seconde pièce.
La chaudière.
La chaudière.
Le lavoir.
Le lavoir.
Le lavoir.
Le lavoir.