Craon.

L'église Saint-Nicolas.

L'église Saint-Nicolas, qui a succédé à une collégiale fondée au XIIème siècle, a été conçue en 1846 par l'architecte Edouard Moll, à la demande du curé Langlois et de la commune. Elle a été consacrée en 1855 par Monseigneur Wicart, premier évêque de Laval.

L'intérieur de l'église.

Les peintures du choeur, des chapelles latérales, des bas-côtés, du Livre d'or de la Grande Guerre et de la voûte de l'orgue ont été réalisées par Ladislas Dymkovski et Ludovic Alleaume entre 1893 et 1927.

Ladislas Dymkovski, réfugié polonais, mourra avant d'avoir achevé le transept.

Tableau d'Armand Cambon (1819 - 1885) offert par l'Empereur en 1856.

Les vitraux.

Les vitraux du choeur, les plus anciens (1854), proviennent du Carmel du Mans.

Les vitraux du transept ont été réalisés par Auguste Alleaume, maître-verrier lavallois, en 1894.

Les vitraux des bas-côtés sont dus aux ateliers Megnen-Clamens et Bordereau d'Angers.

La maison du Sénéchal.

La maison du Sénéchal se touve 30 et 40 Grande Rue, tout près des halles. C'est une maison à colombages et à encorbellement datant du XVème siècle. Cette ancienne boutique médiévale à conservé sa devanture avec étal et volets. Sur la façade, on peut voir un blason à trois fleurs de lys et deux sculptures peintes: un fou et un joueur de viole.

Rue de l'Epron.
Rue de l'Epron.

Grotesques (XIVème siècle).

Ces grotesques sont des vestiges de l'ancien collège des chanoines Saint-Nicolas.

La Maison Bleue - Galerie d'art municipal.

Au Grand Saint-Pierre (1854).

Aurefois, ce lieu abritait un prieuré bénédictain qui fut démoli en 1750. Sur la place libérée, se tient alors le marché aux cochons. En 1850, la mairie vend le terrain pour le lotir.

Monastère des bénédictines.

Le monastère, fondé en 1628 par les dominicains, fut achevé en 1687. Il abritait une douzaine de moines.

Après la Révolution, le bâtiment abrita la mairie, une caserne de gendarmerie à cheval (la chapelle fut transformée en écurie), une salle des ventes, une loge maçonnique, un théâtre...

En 1830, le Comte Artus de Cossé-Brissac rachète le monastère pour sa soeur Délie. Elle y crée une communauté de bénédictines puis ouvre une école gratuite pour l'éducation des jeunes filles pauvres.

La nouvelle église de l'Immaculée Conception de Marie est bénie le 4 octobre 1857.

L'église Saint-Clément.

L'église Saint-Clément est une fondation bretonne du VIème siècle. Elle a été reconstruite au XIXème siècle. Elle abrite aujourd'hui l'Espace Culturel Saint-Clément.

Le prieuré Saint-Clément (du XVIème au XVIIIème siècle).

Cet ancien logis des abbés commendataires du monastère Saint-Clément fut ravagé par les ligueurs en 1592. Relevé au XVIIème siècle, il sera vendu comme bien national après la Révolution puis transformé en ferme. Il a été restauré en 1990.

Les Halles.

Dès le le XIIème siècle, il existait des Halles à cet emplacement. Ces Halles furent construites en 1850 avec du bois de remploi.

Le lavoir du Pré de la Liberté (1841).

Le lavoir du Pré de la Liberté se trouve au bout de l’allée de la Liberté, au bord de l'Oudon.

Ce lavoir mesure 25m de long sur 7m de large et 4m de haut, c’est l’un des plus grand de la Mayenne. La charpente en chêne supporte une toiture en ardoises. La dalle, faite de blocs de schiste, est entourée d'une marche en contrebas. Il est équipé de quatre chaudières.

En 1841, la ville cède à Monsieur Halligon un terrain afin d’y construire un lavoir pouvant abriter 40 laveuses (une laveuse devait payer 5 centimes pour un jour de lavage ou pour un jour de séchage. Les indigents pouvaient utiliser gratuitement la petite rivière).

Vers 1944, Monsieur Gallone rachète le lavoir et y installe une buanderie avec quatre chaudières.

Les bains douches.

Le Trotteur par Del'Aune.

Chaque anné, depuis 1848, lors des "Trois Glorieuses", Craon devient la capitale du cheval et du sport hippique.

Cette sculpture de Del'Aune fut inaugurée le 7 septembre 2007.

Statue de Volney (1891).

Constantin-François Chassebœuf de La Giraudais, comte Volney, dit Volney (1757 - 1820), est un philosophe français né à Craon. Sa devise était : "Egalité, justice, liberté". Il crée à Craon (1818-1821) une école destinée aux enfants pauvres.

Cette statue de bronze, initialement dressée près de la gare, à été déplacée place du 11 Novembre en 1989.

J'irai vivre dans la solitude parmi les ruines. J'interrogerai les monuments anciens sur la sagesse des temps passés.
J'irai vivre dans la solitude parmi les ruines. J'interrogerai les monuments anciens sur la sagesse des temps passés.