Fontaine-Couverte.

Portail du presbytère - XVIIIème siècle.

Ce portail monumental est l'entrée de l'ancien prieuré qui dépendait de l'abbaye de la Roë.

Au-dessus de la clef de voûte, un coq surmonté d’une croix. Le coq, qui annonce l'aube, symbolise la victoire de la lumière sur les ténèbres, la réssurection.

On peut voir ce portail juste à côté de l’église, place Saint-Beaumier.

Eglise Saint-Bomir.

Selon la légende, le fils d'un seigneur de la Pommeraie serait tombé dans une fontaine. L'enfant en étant ressorti vivant, le père fit construire une chapelle en bois sur le lieu. Avec le temps, la chapelle s'écroula dans la fontaine. On construisit alors l'église de la paroisse sur cette fontaine.

La fondation de l'église date de l'établissement du prieuré.

En 1500, deux chapelles sont ajoutées à l'édifice.

En 1893, une ancienne fontaine est découvertedans l'église.

Autrefois, pendant les Rogations, la procession allait de Fontaine-Couverte à la Roë.

Retable de la Vierge - 1846.

Retable construit en symétrie du retable de la Nativité, en 1846. Au centre de ce retable, une représentation en bas-relief de l'Assomption de la Vierge. A gauche, une statue de saint Pierre et, à droite, la Vierge du Sacré-Coeur.

Retable du Maître Autel - 1694.

Ce retable à trois niveaux a été réalisé par Pierre Barauderie, sculpteur d'Angers.

Au niveau supérieur, le Christ, entouré de deux anges, porte une brebis sur les épaules. De part et d'autre, dans des médaillons, sainte Jeanne de Chantal et saint François de Sales.

Au niveau intermédiaire, le Christ en croix. Dans les niches, sainte Anne et saint Bomier, patron de la paroisse.

Au niveau inférieur, sous l'autel, une mise au tombeau.

On peut remarquer également le tabernacle en marbre rouge.

Retable de la Nativité - 1694.

Retable à trois niveaux également réalisé par Pierre Barauderie, sculpteur d'Angers.

Au niveau supérieur, Marie porte l'Enfant Jésus qui tient dans sa main une couronne.

Au niveau intermédiaire, un bas-relief représentant l'adoration des berges. A gauche, une statue de saint Sébastien et, à droite, une statue de saint Julien.

Au niveau inférieur, la Dormition de la Vierge.

Le moulin des Gués - 1824.

Le moulin tour des Gués a été construit en 1824 par Monsieur Raoul. Il est recouvert d’un toit en ardoise.

En 1870, le moulin est surélevé d’un étage. Ses ailes toilées sont remplacées par des ailes en pin d’Oregon. Les ailes passaient alors à un mètre du sol.

Le moulin, arrêté depuis 1954, est restauré en 1992.

Dans une niche, à sept mètres du sol, une Vierge à l’enfant.

C'est le seul moulin tour à fonctionner en Mayenne.