La Bigottière.

Eglise Saint-Martin.

L'église primitive de la Bigottière fut la chapelle de Saint-Etienne de la Feuillée.

L'église Saint-Martini a conservé son clocher-porche du XIIème siècle. Une pierre, placée à l'extérieur de l'église, porte la date de 1611.

L'église fut restaurée en 1641, date inscrite à l'intérieur de l'église.

En 1642, une des cloches de la chapelle de la Feuillée fut offerte par René du Bellay à l'église de la Bigottière. La grosse cloche, nommée Marie-Joseph, fut fondue en 1728.

En 1841, on érigea deux chapelles de part et d'autre du choeur, l'une en l'honneur de la Sainte Vierge, l'autre en l'honneur du Sacré-Coeur. La chaire date de cette même époque.

Un premier inventaire fut tenté le 6 mars 1906. Le 14 mars 1906, malgré l'opposition de 400 paroissiens, les gendarmes brisèrent les portes de la sacristie.

Pompe à bras.

Pompe à bras en fonte de marque Briau, modèle PB 100, série3002, hauteur 1,3 mètre.

L’usine Briau, située à La Riche, près de Tours, a aujourd’hui disparu.

Le cimetière.

Avant la Révolution, le cimetière se trouvait sur le chemin vicinal de la Bigottière à Andouillé. A la fin du XVIIIème siècle, plusieurs seigneurs et curés furent enterrés dans l'église. Après la Révolution, le cimetière se trouvait autour de l'église. Devenu rapidement trop exigu, un nouveau terrain fut acheté par la commune en 1869. Le cimetière actuel fut béni en 1869, le dimanche de la Passion.

Monument aux morts de la guerre de 1870.
Monument aux morts de la guerre de 1870.
Tombes Militaires - Loi du 4 avril 1873
Tombes Militaires - Loi du 4 avril 1873
Monument aux morts.
Monument aux morts.

L'école des filles (1901).

Le château de la Feuillée.

Ce château a appartenu à la famille d'Orange, qui le possédait depuis le XIIème siècle, du Bellay et de Nos.

Après avoir été saccagé pendant la Révolution française, il a été reconstruit en 1809, seuls deux pavillons du XVIème siècle ont subsisté.

Ancien collège Le Patis.

Le 26 mars 1599, Guyonne d'Orange, veuve d'Eustache Du Bellay mort en 1576, fonde un collège au Patis et crée cinq bourses destinées aux enfants les plus pauvres des paroisses d'Alexain, de la Biggottière, de Saint-Germain-d'Anxure et de Saint-Germain-le-Guillaume.

Le Patis est vendu comme bien national le 9 pluviose an III.

La chapelle des Fourches.

Menhir du Faix-du-Diable (fardeau du diable).

Ce menhir, de forme régulière, est l'un des plus importants du département (4,30 m). Il se dresse au bord de la route reliant Alexain à Andouillé, au lieu dit "La Bellangerie".

Selon la légende, cette pierre serait née d'une botte de foin dérobée par un voleur, lequel, se trouvant en difficulté, aurait invoqué le diable en ce lieu.