Le Ham.

Le Ham, mentionné dès 832, aurait emprunté son nom à un mot germanique signifiant "village".

La légende de Notre-Dame du Ham.

Une légende raconte que la construction de l’église paroissiale était initialement prévue au village de la Rousselière, à 2 kilomètres du bourg qui était dépourvu d’eau à l’époque. Mais curieusement, le travail accompli par les ouvriers le jour était défait durant la nuit. Un matin, un ruisseau apparut. Notre-Dame du Ham ne voulant pas que son église soit élevée à la Rousselière, l’avait tracé, dit-on, avec sa quenouille. La construction de l’église se fit donc au lieu-dit le Bourg.

 

L'église de la Vierge.

L’église du Ham est dédiée à la Vierge.

En 1962, l'abbé Bernard Chardon entreprend sa restauration: les vieux  torchis sont remplacés par des enduits à la chaux, des vitrages sont posés (1962), le sol est couvert de carreaux de céramique qu'il a composés (1978), des fresques sont peintes dans le chœur (1974).

Le choeur.

Le retable central date du XVIIIème siècle. Les stalles ont été réalisées vers 1890. La fresque a été peinte par Bernard Chardon en 1974 et les deux statues en orme ont été sculptées par Alain Legros en 1987.

Statues en chêne d'Alain Legros (1987).
Statues en chêne d'Alain Legros (1987).
Chemin de croix
Chemin de croix
Confessionnal (1890).
Confessionnal (1890).

Bernard Chardon.

« Je suis peintre depuis ma jeunesse. Je suis entré au séminaire avec mes pinceaux, et ai été ordonné prêtre au Ham »

Bernard Chardon, né en 1927 à La Ferté-Macé, est un prêtre, enseignant, artiste peintre, céramiste et créateur de vitraux.

Artiste peintre, il utilise la peinture acrylique sur différents supports : toile de lin ou de coton, bois, carton…

Créateur de vitraux, il réalise des "vitrages" en polyester armé : trois couches de résine et deux couches de rhodoïde. Durant la polymérisation (maximum 20 minutes), il doit réaliser le dessin et appliquer la couleur. Grâce à cette technique et à son coût abordable, plus de 80 églises ou chapelles de la région ont pu remplacer des verrières disparues.

Céramiste, il a créé deux céramiques pour l’église de Sainte-Suzanne, "Création" (1990) et "Harmonie" (2010). Il a également réalisé le chemin de croix du Ribay (2007).

Croix de Mission (1899).

La Croix du Houx (1904).

Calvaire érigé par François Duval et Félicité Leroux, son épouse, en 1904, suite à un voeu.

Fresque murale - A Chéhére (1989).

Monument aux morts.