Mayenne (2/4) - Maisons et hôtels particuliers.

Ancien Hôtel de Ville.

La construction du bâtiment débute en 1656, sur ordre du Cardinal de Mazarin, duc de Mayenne. L’horloge et le clocheton, surmonté de la statue d’Armand de la Meilleraye, neveu de Richelieu, datent de 1690. Des balcons en fer forgé sont posés au XVIIIème siècle. Au XIXème siècle, on ajoute des bas-reliefs en tuffeau représentant, à gauche les armes de la famille Mazarin, au centre la République et à droite les armes de la ville de Mayenne. Deux cadrans solaires, datant de 1783 et 1785, indiquent les heures, à gauche, et les mois, à droite.

Ce bâtiment a servi de mairie jusqu’en 1979, date d’inauguration de la nouvelle mairie, rue de Verdun.

Campanile sur l’ancien Hôtel de Ville (1690).

Le campanile placé sur l’ancien hôtel de Ville supporte une statue en métal représentant Armand de la Meilleraye. Neveu de Richelieu, il épousa Hortense Mancini, la nièce du Cardinal Mazarin. Il tient une épée dans sa main droite qui représente la force et une balance dans sa main gauche symbole de justice. Sur sa tête, une colombe, qui symbolise la paix.

Cadrans solaires (1783 et 1785).

En 1783 et 1785, deux cadrans solaires sont peints sur la façade de l’ancien Hôtel de Ville. Le conseil municipal, qui était alors franc-maçon, y fait reproduire les attributs de la Franc-maçonnerie : le compas, l'équerre, le globe miroir...

Les deux cadrans sont également ornés de citations tirées de l’Évangile de saint Luc : UNAM TIME et QUA HORA NON PUTATIS VENIET

«Crains une seule heure » « Elle viendra à l’heure où tu ne t’y attends pas ».

Hôtel Baglion - 6 place de Hercé - XVIIème.
Cet hôtel, situé 6 place de Hercé, a été construit vers 1660 par la famille Billard de Lorière. La façade, très austère, ne porte aucune décoration, la toiture est très pentue et sa cour intérieure possède une tourelle d'escalier et un majestueux escalier de pierre. Guy Billard de Lorière, protégé d'Armand de Mazarin, devient juge criminel puis maire perpétuel.

Au XVIIIème siècle, l'hôtel est acheté par la famille Baglion.

Hôtel Brossard – 10 place de Hercé - XVIIIème siècle.
A côté de leur hôtel, les Baglion font édifier une nouvelle demeure pour leur fille Charlotte lorsqu’elle épouse François de Brossard en 1771.

La construction, assez étroite, en moellon de granit est accessible par un portail en bois sculpté orné d'un marteau en fer forgé.

Hôtel Chappedelaine - 11 place Cheverus - XVIème siècle.

Cet hôtel du XVIème siècle fut construit avant l’aménagement de la place. Il possède une tourelle en encorbellement percée d'une fenêtre à meneaux en granit et surmontée d’un dôme couvert d’ardoises taillées en écailles et en triangles. La façade possède une lucarne caractéristique de la Renaissance.

René-Gilbert de Chappedelaine (1679-1730) fut juge civil de Mayenne en 1706. Jean-René de Chappedelaine, né en 1766, fut page du comte d'Artois et officier du régiment de Barrois. Il servit également dans le corps des chevaliers catholiques en 1795. Sous la Restauration, il devint maréchal de camp.

Hôtel Chasteloger - 14 place de Cheverus - XVIIIème.

L’hôtel Chasteloger occupe une parcelle large et profonde. La cour d'honneur est ornée d'un escalier à double révolution. La façade de l’hôtel est assez sobre. L’imposte du portail de l’entrée cochère est vitrée afin d’éclairer le couloir.

Le bâtiment logea successivement la famille Le Mercerel de Chasteloger puis les Hauteville au XIXème siècle.

Hôtel Clinchamp - 16 place de Hercé - XVIème siècle.

L’hôtel Clinchamp a été édifié au XVIème siècle par les Le Nicolais, une famille de négociants en toile. Sous le règne de Louis XVI, Victoire Le Nicolais y organise un salon littéraire sur le modèle des salons parisiens. L’édifice possède une tour d’escalier hors-œuvre sur l’arrière. La porte d’entrée, en granit, est richement décorée et mèle des éléments gothique et Renaissance.
Cet hôtel abrite aujourd’hui les services du Trésor Public.

Hôtel Lefebvre d'Argentré - 11 place de Hercé - XVIIIème siècle.

Datant du XVIIIème siècle, cet hôtel a logé une famille qui a donné à la ville plusieurs maires, contrôleurs du grenier à sel, receveurs des tailles ainsi que receveurs des tabacs.

Hôtel Montpinçon - 22 place Cheverus - XVIIème siècle.

 Cet hôtel entre cour et jardin a été édifié en 1666 par la famille Le Mesnager de la Dufferie. Il fut ensuite acheté et complété, au XVIIIème siècle, par la famille de Montpinçon. Le corps central est encadré par deux pavillons d’angle. Au centre, un avant-corps en légère saillie forme l’axe de symétrie de la façade.

Hôtel Leforestier - Place de Hercé.

En 1730, cet hôtel était la propriété de la famille Lagrange qui le céda pendant la Révolution à la famille Le Forestier, avant de le récupérer. La demeure, qui jouxte la Barre Ducale, se distingue par les dimensions de sa façade. Les lucarnes sont surmontées en alternance, de frontons courbes ou triangulaires. La lucarne de droite porte, à peine visible, sa date de construction: 1730.

13 rue Guyard de la Fosse.

93 rue du Général de Gaulle.

En face de l'ancien Palais de Justice, une jolie façade qui mérite le détours.

98 rue du Château.

8 quai Carnot.

3 rue du Sergent Louvrier.

Pavillon de l’octroi.

L’octroi était une taxe perçue autrefois par les municipalités à l'importation de marchandises sur leur territoire. Chaque porte de la ville était contrôlée à l'aide de barrières souvent disposées entre des pavillons symétriques.

Les bains douches municipaux - rue Ambroise-de-Loré.

Après avoir abrité les bains douches municipaux, puis un club de boxe dans les années 70, ce local devrait bientôt accueillir  un musée en hommage aux victimes de la déportation. Un soldat américain est mort à cet endroit en août 1944.

Ancien palais de justice - 92 rue Charles-de-Gaulle.
Le palais de justice a été construit en 1854. Les bâtiments en pierre blanche sont rares dans cette région qui privilégie plutôt le granit. Ce bâtiment a servi de palais de justice jusqu'en 1990.

Caisse d'Epargne (1884) - rue Ambroise de Loré.

Le bâtiment de la Caisse d'Epargne, construit en 1884, est situé à l'entrée du pont Mac Racken que de nombreux anciens ont appelé pont de la Caisse d'Epargne.

Trompe l'oeil - rue du Sergent Louvrier.

Pigeonnier de la Baudrairie.