Mayenne 3/3

Eglise Saint-Martin.

L'église Saint-Martin a été construite au XIème siècle sur les ruines d'un ancien prieuré carolingien détruit par les Normands en 869.

En 1792, l'église est utilisée comme remise à fourrage.

En 1944, l'église a souffert du bombardement (vitraux...).

Retable du Rosaire.

Retable en bois datant du XVIIIème siècle.

Les vitraux.

L'église Saint-Martin a perdu ses vitraux lors du bombardement du 8 juin 1944.

Les vitraux actuels de l'église Saint-Martin, dessinés par Maurice Rocher, ont été réalisés par les ateliers Barillet de Paris en 1956.

La Charité de saint Martin.

Cette sculpture en bois, illustrant la scène de saint Martin partageant son manteau avec un pauvre, date du XVIIème siècle.

La chapelle des Calvairiennes.

La première pierre de la chapelle du couvent des Calvairiennes fut posée en 1626.

En 1634, des vices apparaissent, dus au manque de fondation: affaiblissement de certains murs, fissures... La chapelle est finalement consacrée le 5 septembre 1655.

Lors de la Révolution, les religieuses sont expulsées. La chapelle est vendue comme bien national en 1793.

En 1906, son chœur est transformé en préau pour le lycée Sévigné.

Classée Monument historique en 1967, elle est restaurée en 1987.

Aujourd'hui, elle accueille le centre d'art contemporain du Pays de Mayenne.

Chapelle latérale.

La chapelle latérale la plus au sud est fermée par une grille. Elle était utilisée pour les cérémonies publiques de prise d'habit.

Le retable du maître-autel.

Le retable du maître-autel a été réalisé en 1668 par le sculpteur angevin Pierre Biardeau, père d'une des religieuses vivant au couvent.

En 1885, la descente de Croix est vendue à la paroisse de Parné-sur-Roc, elle sera remplacée par une copie en 1987.

Le mur-retable sert de séparation entre le chœur et le chœur des religieuses.

Original de la descente de Croix installé dans l'église de Parné-sur-Roc.
Original de la descente de Croix installé dans l'église de Parné-sur-Roc.
Peinture murale sur la porte ouest du mur-retable.
Peinture murale sur la porte ouest du mur-retable.

Statue du Cardinal de Cheverus - 1844.

Cette statue, œuvre du sculpteur David d'Angers, se trouve sur la place du Cardinal de Cheverus.

Né le 28 janvier 1768, Jean Cheverus est ordonné prêtre en 1790. Interné pour avoir refusé de prêter serment, il s'évade et rejoint l'Angleterre puis l'Amérique. En 1803, il crée la première église de Boston.

Le 1er novembre 1810, il est sacré évêque à Baltimore.

Le 15 janvier 1825, il est nommé évêque de Montauban puis devient cardinal le 1er février 1836.

Il meurt à Bordeaux le 19 juillet 1836.

Fontaine Mazarin, Place de Hercé.

La fontaine Mazarin, de forme octogonale, qui se tient au milieu de la place de Hercé, a été construite en 1683. Une plaque en étain commémore la pose de la première pierre par le maire de la ville en mai 1683. Une seconde plaque évoque son déplacement à l'occasion du réaménagement de la place en 1990. C'est Colbert qui fit amener l'eau de source à cette fontaine.


Fontaine Saint-Vincent (1683).

Cette fontaine en grès, au bassin octogonale et à pile carré, occupe le centre de la Place Saint-Vincent.

Durant la Révolution, la place Saint-Vincent a été rebaptisée place de la Fraternité.

Le pont Mac-Racken.

En 1825, à l'occasion d'un projet de réparation et d'élargissement du vieux pont, une réflexion est engagée sur l'utilité de prévoir une nouvelle traverse pour la ville de Mayenne.

Le 6 décembre 1827, une ordonnance royale décide "l'ouverture et la direction d'une nouvelle traverse dans la ville de Mayenne", destinée au passage des routes royales Paris-saint-Malo et Angers-Caen. Le 8 juillet 1829, Armand Lorriée, entrepreneur de Mayenne, est choisi lors de l'adjudication des travaux. Le pont est achevé en 1838.

Endommagé par les bombardements de 1944, il a été reconstruit à l'identique.

Ce pont prendra successivement les noms de pont Ambroise-de-Loré, Pont d'Orléans, Petit Pont, Pont de la caisse d'Epargne puis pont Mac-Racken.

Monument aux morts sculpté par Jean Boucher (1870-1939)

"Entre les plus beaux noms, leurs noms sont les plus beaux"  

Ce monument, initialement prévu pour rendre hommage à Condorcet, fut conçu entre 1913 et 1939, il était destiné au Panthéon. Le monument en pierre, réalisé en 1925, ne fut jamais mis en place et ses sculptures furent reléguées dans un dépôt des Beaux-Arts.

En 1936, le monument est affecté à la ville de Mayenne pour remplacer l’ancien monument aux morts qui se dégradait.

Le monument est inauguré le 11 novembre 1937.

A l'arrière, un mur circulaire porte les noms des 354 morts des guerres du XXème siècle.

Cimetière: le Monument aux Morts 1914-1918.

A l'extérieur du carré militaire du cimetière de Mayenne se trouve l'ancien monument aux Morts déplacé en 1937. De chaque côté du monument, se trouvent deux plaques du Souvenir Français portant des devises patriotiques:

"Ne tenons pas trop à nos droits, mais beaucoup à nos devoirs."

"Ne sers ni un homme, quel qu'il soit, ni une famille, ni un parti, mais une idée et une chose: la Liberté et la République."

Plaque commémorative à la mémoire des victimes du bombardement.

Le 9 juin 1944, le bombardement de la ville par les Américains a causé la morts de 328 personnes et fait 250 blessés.

L'écluse de Mayenne.

La circulation des bateaux entre Laval et Mayenne était impossible avant l’aménagement de la rivière entre 1847 et 1863. Edifié entre 1860 et 1863, le barrage à écluse de Mayenne fut le dernier réalisé dans le nord du département. La chute d’eau apportait l’énergie nécessaire au fonctionnement d’une minoterie : les Grands Moulins de Mayenne. Détruits lors de l’incendie de novembre 1966, les bâtiments furent remplacés par une laiterie puis par deux commerces.

Le linteau de la porte d'entrée de la maison éclusière porte date de 1863. Au-dessus, une table de granite porte le nom et le numéro (1) de l'écluse.

Oratoire de Notre-Dame de l'Epine

Cetit oratoire, dédié à Notre Dame de l'Epine, fait référence à la basilique d'Evron et à la légende du pèlerin endormi sous l'épine.

La Caravelle.

La Caravelle, girouette de six mètres de haut et de six mètres d'envergure, est installée place de l'Europe. Elle a été réalisée par le Lycée Professionnel Léonard ce Vinci: la partie mobile a été réalisée par les ateliers de chaudronnerie, le socle et les pieds par les ateliers de métallerie et de serrurerie et les organes de rotation par les ateliers de mécanique. L'ensemble pèse 2250kg.

Elle a été inaugurée en 1988.