Meslay-du-Maine.

La poste de Meslay.
La poste de Meslay.
Vieille maison.
Vieille maison.

Le château à l'entrée de la commune sur la route de Laval.

Le Parc de la Mairie.

Le kiosque.
Le kiosque.

"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero à Meslay-du-Maine.

Carlo Aventuriero est un sculpteur breton qui habite à Argol dans le Finistère.

En 2003, il a travaillé avec les élèves des écoles publiques du canton de Meslay-du-Maine.

Les enfants ont d’abord réalisé des couronnes sur le thème du mouvement. Ensuite, en utilisant la technique de la cire perdue, Carlo les a coulées puis assemblées pour en faire une sculpture monumentale en bronze.

"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.
"L’arbre à palabres" - Sculpture de Carlo Aventuriero.

L’église Saint-Pierre-du-Maine - Tour du XIème, surmontée d’un clocher tors du XVIIème.

Le suivi de la construction du clocher tors de Meslay-du-Maine a été consigné dans les archives paroissiales de Saint-Denis-du-Maine.

C’est l’architecte lavallois Jean Martinet qui a prévu de le faire tourner régulièrement d’un huitième de tour, de gauche à droite. Le clocher se termine par une croix fleurdelisée de 3m de haut.

Les travaux ont débuté le 28 novembre 1629.

Le 6 mars1630, un violent orage brise la charpente en deux. Le 12 septembre 1630 nouvel orage. Finalement le clocher est achevé le 19 septembre 1631. Il est pourvu d’une cloche baptisée Pierre, qui y est toujours conservée.

La construction du clocher n’étant pas une décision du conseil de fabrique, l’architecte Jean Martinet eut beaucoup de difficultés à se faire payer.

En 1827, de gros travaux de restauration sont entrepris. En 1839, la nouvelle couverture du transept vient s'appuyer contre le clocher qui penche légèrement.

 

En Europe, on compte une centaine de clochers tors dont 65 en France. Le clocher tors de Meslay-du-Maine est le seul exemplaire existant en Mayenne.

Le clocher tors.
Le clocher tors.

Le lavoir de Pont-Passe - Meslay-du-Maine.

L’édification d’un lavoir public sur la commune de Meslay-du-Maine est décidée en 1848 mais les travaux du lavoir de "Pont-Passe" ne débutent qu’en 1861.

La halle est couverte d’une charpente en bois, des bancs sont installés le long du mur, dans un coin du lavoir, une cheminée permet de chauffer l’eau de la lessive. Des WC sont installés dans un petit édicule attenant au lavoir.

Afin d’alimenter le lavoir, le ruisseau du Vassé fut détourné de son lit et porté plus au nord. Une vanne de décharge, canalisant l’écoulement de l’eau, fut mise en place pour éviter d’inonder les terres voisines.

Au lavoir de "Pont-Passe", les grandes lessives avaient lieu tous les deux mois. Cette activité, très pénible et exclusivement féminine, était un moment de convivialité et d’échanges.

Le lavoir a été restauré en 1997-1998.

Le lavoir de "Pont-Passe" de Meslay-du-Maine se trouve à la sortie du bourg sur la route de Grez-en-Bouère.

Pont sur le Vassé.
Pont sur le Vassé.

La chapelle de Saubert.

Elle doit son nom au lieu-dit "Saubert". En cet endroit la tradition populaire nous raconte qu'une statuette très ancienne d'une "Vierge à l'enfant" fut placée dans une des cavités du vieux chêne, plusieurs fois centenaire. Ce chêne dresse encore sa ramure à l'entrée de la chapelle, une vieille porte inutile lui servant d'appui pour lui permettre d'affronter les tempêtes.

Les parents venaient y prier la Vierge-Marie et y amenaient les enfants qui tardaient à marcher (cette statuette n'existe plus aujourd'hui).

Au XVIIIème siècle, pendant la révolution, les fermiers de Saubert, craignant que la statuette ne soit cassée ou volée, la mirent à l’abri dans leur ferme.

 

En 1865, la famille Launay fit édifier l'actuel sanctuaire afin d’y accueillir la statuette et lui donna le nom de chapelle Saubert. 

Un maitre-verrier y réalisa un remarquable travail. Il disposa dans le choeur plusieurs vitraux orientés de telle façon que les rayons du soleil, à travers les vitraux, modifient les couleurs de la statue de la Vierge.

La chapelle fut restaurée par la municipalité de Meslay du Maine en l'an 2000.

Calvaire près de la chapelle de Saubert.
Calvaire près de la chapelle de Saubert.
La chapelle et le chêne.
La chapelle et le chêne.
Le vitrail de l'Annociation.
Le vitrail de l'Annociation.
La couleur de l'éclairage de la statue de la Vierge varie au cours de la journée.
La couleur de l'éclairage de la statue de la Vierge varie au cours de la journée.

Cimetière.

Repère sur la croix cémétériale.

Un point géodésique est un point matérialisé dont les coordonnées sont connues avec précision. Le centre du repère est marqué d'un point auquel correspondent les coordonnées.

Château des Arcis.

Robert le Vexel est le premier propriétaire connu des Arcis. Il ne reste rien de l'habitation primitive datant du XIVème siècle.

De 1575 à 1622, Charles de Cervon donne aux Arcis un plan de forteresse médiévale.

Au XVIIIème siècle, les Arcis deviennent la propriété de la famille de Montesson puis des Avril de Pignerolle. Les murs de la cour sont abattus et le pont-levis disparaît.

Donjon Henri II.

Ce donjon isolé, construit au XVIème siècle, a été remanié sous Henri IV.  Sur la façade sud, on peut encore apercevoir les emplacements des bras du pont-levis.

Au XVIIème siècle, le donjon est transformé en remise et en écurie.

Les douves.

Des douves profondes, larges de 7 à 10 mètres, entourent les bâtiments.

La maison du jardinier.

Les jardins.

Les jardins, entourés de douves, sont situés à l'arrière du château. Ils ont été restaurés en 2010. Quatre carreaux bordés de buis évoquent par leurs couleurs les quatre saisons. L’ancien potager a été planté de poiriers.

L’orangerie.

Un jardin Anglais de quatre hectares est dessiné au nord du château.

Le colombier.

Le colombier est situé au nord du grand bâtiment des servitudes, bâtiment probablement construit pour loger des soldats et leurs chevaux.