Neau.

Le prieuré.

Le prieuré existait en 1691. Il comportait une maison priorale avec écurie, un jardin et une fuye (pigeonnier). L'église de Neau servait de chapelle pour les moines qui faisaient profiter les habitants de leurs célébrations. Une porte, située dans le choeur, permettait la communication entre l'église et le prieuré.

Le prieuré a subi d'importantes transformations au XIXème siècle.

L'église Saint-Vigor.

Une première église, construite entre le VIIIème et le IXème siècle, fut détruite par les Normands en 863. Un nouvel édifice, nef et choeur, a été construit au XIème siècle.

En1548, une nef latérale est ajoutée au nord du choeur de l'église.

En1660, construction du maître-autel.

Le beffroi, ajouté en 1617, est transformé en tour en 1857 par Hamard.

Un ensemble de peintures murales du XIIIème siècle, déjà mentionné en 1833, est mis à jour en 1977.

La croix de pierre posée contre la façade de l'église date du XVIIème siècle.

Ancienne croix de cimetière - 1634
Ancienne croix de cimetière - 1634

Le retable du maître-autel - 1660.

Ce retable, oeuvre de Michel Langlois, se trouvait à l'origine dans le choeur. Il a été déplacé pour mettre à jour les fresques du XIIIème siècle.

Le corps central du retable est orné d'un tableau de la Visitation. Les niches latérales abritent les statues de saint Sébastien, à gauche, et de sainte Anne, à droite.

La date de 1660 est gravée sur une plaque de marbre encastrée au-dessus du tabernacle.

La niche supérieure est occupée par une statue de saint Vigor, évêque de Bayeux au VIème siècle. De part et d'autre, des blasons, à gauche un cygne surmonté de trois étoiles, à droite trois coquilles.

Vigor, saint patron de l'église, était invoqué pour rendre la santé aux enfants rachitiques.

Poutre - 1548.

La poutre de la seconde nef porte la date de 1548 et est décorée sur ses deux faces. D'un côté, un monstre à deux têtes surmonté d'un vieillard en prière, de l'autre, un monstre surmonté d'une tête grotesque de femme âgée.

Les fresques.

Les fresques datent du XIIIème siècle et sont situées dans le choeur. Elles représentent la Resurrection des Morts et la vie de saint Vigor.

La Resurrection des Morts.

La Résurrections des Morts et le Jugement Dernier, scène située sur le mur est.

Les premiers miracles de saint Vigor.

Sur la première scène, on voit saint Vigor qui prêche devant une foule. Sur les scènes suivante, saint Vigor guérit un paralytique, un enfant malade, une femme sourde, un infirme agenouillé avec les pieds retournés...

Saint Vigor chasse le dragon (lutte contre le paganisme).

Saint Vigor, assisté de son disciple Théodomer, aide Volusien à se débarrasser d'un dragon. En remerciement, le seigneur offre au saint son gant qui symbolise le don du domaine de Cerisy.

L'invasion des terres de saint Vigor par Bertulf.

Bertulf voulait s'emparer par la force des terres de saint Vigor. Des soldats à cheval chassent la population, le saint entre en prière et Bertulf tombe mortellement de cheval.

Sainte Barbe - XVIème siècle.

Cette statue en bois du XVIème siècle représente sainte Barbe, patronne des pompiers.

Dalles funéraires.

Les vitraux.

Seuls deux vitraux portent une signature, ils sont signés Georges Janin (1884-1955), maître-verrier à Nancy.

Le moulin.

Le monument aux morts.

Les carrières et l'usine de chaux.