Saint-Germain-de-Coulamer

Le Manoir de Classé (XVème siècle).

Classé, lieu-dit comprenant un manoir et un moulin, était situé non loin d’une voie romaine.

La tour ronde, partie la plus ancienne, devait appartenir à une maison forte du XIVème siècle, ruinée durant la guerre de Cent ans. Le logis a été reconstruit vers 1480.

Après les seigneurs de Cassé, Le manoir a appartenu aux familles Hatry, de Vassé et Ghaisne.

Le domaine fut saisi et vendu en 1689.

Au cours du XXème siècle, le manoir de Classé était une exploitation agricole importante.

Aujourd’hui, redevenu maison d’habitation, le manoir est une propriété privée.

La vaste salle seigneuriale est chauffée par une cheminée de granit, un escalier en vis dessert les appartements de l’étage. La poutre, surmontant la cloison séparant les deux chambres, est ornée de peintures (bouquets de fleurs, paysages) datant du XVIIème siècle.

Inscrit Monuments historiques depuis le 5 septembre 2003

La grange à colonnes.

Cette grange à colonnes, excessivement rare en Mayenne, a été construite après 1842. Une ouverture, pratiquée par l'ancien propriétaire, a considérablement fragilisé la structure.

Clémence Puzin, vitrailliste à Paris et au Manoir de Classé.

Clémenze Puzin est une jeune vitrailliste qui a son atelier "Vitrail du Temple" au 147 rue du Temple à Paris. Elle réalise des vitraux contemporains mais également des vitraux anciens avec une prédilection pour la période du Moyen Âge. Elle utilise aussi bien la technique traditionnelle au plomb que la dalle de verre, sertie de béton de résine (panneau, cloison, table…).

 

Pour de plus amples renseignements, site de l'Atelier du Temple :

http://vitraildutemple.free.fr/

Auditoire de Saint-Pierre-sur-Orthe.
Auditoire de Saint-Pierre-sur-Orthe.

Stages d’initiation à l’art du vitrail au Manoir de Classé.

Ponctuellement, Clémence Puzin propose des stages d'initiation à l'art du vitrail au manoir de Classé à Saint-Germain-de-Coulamer.

Le premier jour, les stagiaires découvrent la technique du vitrail de plomb (tracé du dessin, découpe du verre, sertissage au plomb…) et réalisent un petit panneau de neuf pièces de verre. Le deuxième et le troisième jour, chaque participant réalise une œuvre personnelle. Il n'est pas nécessaire d'avoir de connaissances particulières pour participer au stage.

L'ateleir.
L'ateleir.
Découpe du verre.
Découpe du verre.
Vérification du rendu en lumière naturelle.
Vérification du rendu en lumière naturelle.
Sertissage.
Sertissage.
Brossage du plomb.
Brossage du plomb.
Soudure.
Soudure.
Masticage.
Masticage.
Nettoyage du mastic.
Nettoyage du mastic.
Brossage final.
Brossage final.

Le vitrail au plomb.

Au Moyen Âge, les procédés de fabrication du verre ne permettaient pas d'obtenir des panneaux de grandes dimensions. Pour vitrer une fenêtre, le verrier sertissait des petits morceaux de verre dans un réseau de plomb. Cette technique traditionnelle est restée inchangée depuis.

Le dessin est réalisé à l'échelle 1 sur du papier épais puis reporté sur du papier calque (la mémoire).

Les pièces, numérotées et orientées, sont découpées à l’aide de ciseaux à trois lames (cet outil permet d'ôter une bande de papier de largeur équivalente à celle du plomb utilisé pour sertir les verres). Chaque morceau de papier, précieusement conservé, sert de calibre pour la découpe des morceaux de verre.

La découpe du verre se fait à l'aide d'un coupe-verre (une mollette en carbure de tungstène remplace aujourd’hui les pointes de diamant utilisées par les premiers verriers). On utilise également une pince à gruger pour ajuster les bords du verre.

Le sertissage se fait sur une table de montage à l’aide de baguettes de plomb (autrefois celles-ci ne dépassaient pas les 20 cm ce qui limitait la taille des morceaux de verre à utiliser).

Lorsque le panneau est entièrement serti, une soudure à l'étain est effectuée à chaque intersection de plomb. Le panneau est alors retourné puis également soudé de l'autre côté.

Le masticage est effectué sur la face extérieure du vitrail pour le rigidifier et assurer son étanchéité.

La peinture du verre.

Le verre est coupé puis peint avant d'être serti dans un reseau de plomb.

La chapelle Sainte-Barbe (1890).

Le 25 juin 1879, un violent orage de grêle s'abat sur la commune. Les toitures sont détériorées et les récoltes détruites. Certains grêlons pèsent jusqu'à 120 grammes! Suite à cet orage, les habitants décident de reconstruire la chapelle dédiée à sainte Barbe, protectrice contre la foudre et la grêle. En effet, l'ancienne chapelle, construite en 1830, est à l'état d'abandon.

En 1905, lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, la chapelle devient propriété de la commune.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Marie-Do (jeudi, 30 août 2012 20:37)

    C'est génial Bernard, quel beau témoignage de nos trois jours passés en stage au Manoir de Classé.

  • #2

    Edith BONAMY (jeudi, 30 août 2012 23:10)

    Bravo pour ce site très bien fait vantant aussi bien les charmes et l'histoire du Manoir de Classé, que les talents de Clémence vitrailliste -émérite. Je fais circuler...pour susciter des envies !
    Bravo encore pour ces belles créations! Edith