Saint-Pierre-sur-Erve.

Située au cœur de la vallée de l’Erve, Saint-Pierre-sur-Erve est une des « 7 petites cités de caractère » de la Mayenne. Ce label est attribué aux communes de moins de 3000 habitants qui possèdent un patrimoine bâti ou naturel remarquable. Chaque commune s'engage à mettre en valeur, animer, restaurer et promouvoir ses richesses naturelles, historiques, architecturales et humaines en mettant en avant ses particularités.

La mairie et l'école.

L’église Saint-Pierre.

L’église, dédiée à Saint Pierre, comprend une nef romane du XIIème siècle avec, à l’entrée, un clocher porche à toit en bâtière (toit à deux pentes peu inclinées).

L'art gothique amène de nombreuses modifications, des baies ont été bouchées et de nouvelles ouvertures ont été pratiquées.

La sacristie a été ajoutée entre 1772 et 1803.

Joseph Barbedette, l’un des voyants de Pontmain, fut curé de Saint-Pierre-sur-Erve de 1921 à 1923.

Clocher-porche.
Clocher-porche.

L'intérieur de l'église.

La statuaire.

Dans le chœur, on peut voir deux statues en terre cuite polychrome de Saint Pierre et de Saint Paul, datant du XVIIème siècle.

Dans la nef :

une statue de Sainte Catherine, en pierre polychrome, datant de la fin du XVIème siècle, accompagnée de deux donateurs et tenant l'instrument de son supplice. Catherine fut soumise au supplice de la roue puis décapitée ;

une Vierge à l’enfant, en terre cuite datant du XVIème siècle ;

une statue de Saint Sébastien, en terre cuite, datant du XVIIIème siècle ;

un Christ en croix de la fin du XVIIème siècle.

Les pierres tombales d'Huet et d'Alix Courtin.

A l’entrée de l’église, deux pierres tombales, celle d’Huet Courtin décédé en 1330 et celle de sa femme Alix décédée en 1343.

 

Inscription funéraire de Huet Courtin : Ci gist M. Huet Cortin qui trepassa en l'an de graice mil trois ccc trente Dieu vueille avoir lame en son paradis amen.

Inscription funéraire d'Alix Cortin : Ci gist Alis fame feu Huet Cortin laquelle trepassa le jour de Pentecouste en l'an de graysse mil ccc karante e trois.

Monument aux morts.
Monument aux morts.

Le pont piéton.

Le village de Saint-Pierre-sur-Erve s’est développé à proximité d’un gué qui permettait de franchir la rivière. A l’époque romaine, il était traversé par la voie Corseul-Le Mans puis, au Moyen-Âge, par le chemin reliant le Mans à Laval.

Le pont a été établi au Moyen-Âge, au XIIème ou au XIIIème siècle, à l’emplacement du gué gallo-romain.

Le tablier du pont est étroit et semble avoir été réservé dès l’origine aux piétons. Les charrettes devaient franchir la rivière à gué et le transport des marchandises se faisait à dos de cheval ou de mulet.

Le pont a été restauré au XIXème siècle.

Vue sur le barrage et sur un ancien lavoir.
Vue sur le barrage et sur un ancien lavoir.

Le moulin de Gô.La plus ancienne source évoquant le moulin de Gô date du 9 mai 1772, Joseph-Nicolas Rousseau de Monfrand en est le propriétaire.

Le 23 juillet 1844, Monsieur Bourdoiseau achète le moulin et le reconstruit entre 1844 et 1847.

Le moulin est de nouveau mis en vente le 31 octobre 1847.

Depuis 2012, les Amis du Moulin de Gô œuvrent pour sa restauration.

Le lavoir.

Ce lavoir, datant du XIXème siècle, se trouve au pied du pont piéton. Il dispose de chaînes permettant d’adapter la hauteur du plancher du lavoir à la hauteur de l'eau de la rivière, "l'Erve".

Exposition dans le village.

Du 3 juillet au 31 août 2016, les dix artistes de AAA53 ont investi le village de Saint-Pierre-sur-Erve pour de minis expositions de leurs œuvres.

La chapelle Saint-Sylvain.

La chapelle Saint-Sylvain se trouve sur une colline, à quelques centaines de mètres du bourg, en direction de Saint-Jean-sur-Erve.

Au VIème siècle, Saint Sylvain, ermite originaire d’Aquitaine, après avoir passé quelques années dans l’abbaye de Micy, se serait retiré au sommet d’une colline boisée qui domine le village. Une chapelle, édifiée à l’endroit même où il vécut, est mentionnée depuis le XVème siècle. Malgré la fréquentation de nombreux pèlerinages, la chapelle se dégrade au cours des ans. En 1658, Jeanne Leduc, épouse d’Antoine Aveneau de la Croisnières fait restaurer la chapelle.

La chapelle à vaisseau unique est recouverte d'un enduit de terre et de chaux. Le toit à deux pans est surmonté d'un clocheton pyramidal. Cette chapelle est toujours très fréquentée.

Les grottes.

Trois grottes dites de Saulges sont situées sur la commune de Saint-Pierre-sur-Erve : la Grotte de la Lucarne, la Grotte de Rochefort et la Grotte de la chèvre.

La Grotte de Rochefort.
La Grotte de Rochefort.
L'accès à la Grotte de Rochefort se fait par un couloir menant à une salle qui a servi d'abri pendant une partie de l'époque préhistorique.
L'accès à la Grotte de Rochefort se fait par un couloir menant à une salle qui a servi d'abri pendant une partie de l'époque préhistorique.