Sainte-Suzanne.

Aux confins de la Sarthe et de la Mayenne, la cité médiévale de Sainte-Suzanne est une ancienne place forte du XIème siècle, bâtie en forme de triangle sur un éperon rocher, dominant de 70 mètres le cours de l’Erve.

La Mairie.

La Mairie a été construite en 1884 sur l’ancien emplacement des halles (mentionnées en 1528). Des éléments de la charpente des halles ont été réutilisés pour construire celle de la mairie. Le premier étage de la mairie abritait le juge de paix et la salle du tribunal. La cloche qui surmonte le toit porte l’inscription :

L’oreille est attentive

A ma voix claire et nette

En dépit des bourdons

Qui m’appellent clochette."

La forteresse.

Le donjon, construit au XIème siècle, est une tour quadrangulaire à trois niveaux. L’accès au donjon se faisait par le premier étage à l’aide d’un escalier en bois. Le rez-de-chaussée était un lieu de stockage pour les réserves. Le premier étage, étage noble, était à usage de réception.

Guillaume le Conquérant, duc de Normandie assiège sans succès la forteresse de 1083 à 1087. Pour les besoins du siège, les Normands construisent un camp entouré d'un fossé et d'une palissade.

En 1425, le Comte de Salisbury s'empare de Sainte-Suzanne. Les Anglais garderont la Cité pendant 14 ans et ne seront repoussés qu'en 1439 par le Sire de Bueil.

Donjon - XIème siècle.
Donjon - XIème siècle.
Tour Farinière - XIIIème siècle.
Tour Farinière - XIIIème siècle.
Entrée médiévale - XIIème siècle (?).
Entrée médiévale - XIIème siècle (?).
Le logis construit de 1608 à 1613.
Le logis construit de 1608 à 1613.
La tour du logis a été reconstruite au XVIIème sur une base datant du XVème.
La tour du logis a été reconstruite au XVIIème sur une base datant du XVème.

Vues du château.

La cité médiévale.

Construite dans le prolongement du château et entourée de remparts, la ville médiévale de Sainte-Suzanne dépendait directement du seigneur. Elle regroupait une population d'artisans et de clercs et était un lieu de marché, source de profit pour le châtelain.

Manoir de la Butte Verte - Portail XVIIème.
Manoir de la Butte Verte - Portail XVIIème.
Manoir de la Butte Verte - Puits.
Manoir de la Butte Verte - Puits.
Ancienne maison du procureur du Roi.
Ancienne maison du procureur du Roi.
Triple serrure du grenier à sel qui fut installé en 1725.
Triple serrure du grenier à sel qui fut installé en 1725.

La promenade des 17 moulins (3,6 km).

Une promenade balisée le long de l'Erve, au pied de la cité, permet de découvrir dix-sept moulins à eau: moulins à farine, à papier, à foulon ou à tan... Le grand moulin a été entièrement restaurer pour permettre de faire tourner un moulin à farine et un moulin à papier.

Le grand moulin
Le grand moulin
Emplacement de l'ancienne piscine de Sainte-Suzanne
Emplacement de l'ancienne piscine de Sainte-Suzanne
Ancienne tannerie : la rivière servait à dessaler les peaux
Ancienne tannerie : la rivière servait à dessaler les peaux
Source de la Saltière (1792)
Source de la Saltière (1792)
Le moulin du Pont-Neuf
Le moulin du Pont-Neuf
Le moulin du Pont-Neuf
Le moulin du Pont-Neuf
Les Choiseaux
Les Choiseaux
Le Gohard, lavoir
Le Gohard, lavoir
Château-Gaillard (XVème siècle)
Château-Gaillard (XVème siècle)

L’église Sainte-Suzanne.

Gravement endommagée pendant la guerre de Cent Ans, l’église Sainte-Suzanne est reconstruite en 1553.

Pendant la Révolution, l’église sert de club et de caserne. Elle n’est rendue au culte qu’en 1806.

En 1884, l'église est profondément remaniée et agrandie, seul le portail du XVIème siècle est conservé. Des angelots sont sculptés sur les chapiteaux.

Le 6 février 1966, une partie de sa voûte s’effondre, sa réfection est achevée en 1968.

Cette église renferme quelques belles statues en bois, en pierre ou en terre cuite allant du XIVème au XVIIIème siècle.

Porche de l'église - détail.
Porche de l'église - détail.
Porche de l'église - détail.
Porche de l'église - détail.
Porche de l'église - détail.
Porche de l'église - détail.

Statuaire de l’église de Sainte Suzanne.

Vierge à l’Enfant, bois polychrome XIVème ou XVème siècle.

Sainte Anne avec Marie enfant, terre cuite polychrome du XVIIIème siècle.

Vierge à l’enfant, pierre peinte du XIVème siècle.

Sainte Marguerite, terre cuite polychrome du XVIIème siècle.

Sainte Suzanne, bois polychrome du XVIème siècle.

Saint Eutrope, pierre polychrome du XVIème siècle.

Christ en croix, bois du XVème siècle.

Saint Jean Baptiste, pierre polychrome du  XVIème siècle.

Saint Joseph avec l’Enfant-Jésus, terre cuite polychrome du XVIIIème siècle.

Vierge à l'Enfant, bois polychrome XIVème ou XVème siècle.
Vierge à l'Enfant, bois polychrome XIVème ou XVème siècle.
Sainte Anne avec Marie enfant, terre cuite polychrome du XVIIIème siècle.
Sainte Anne avec Marie enfant, terre cuite polychrome du XVIIIème siècle.
Vierge à l’enfant, pierre peinte du XIVème siècle.
Vierge à l’enfant, pierre peinte du XIVème siècle.
Sainte Marguerite, terre cuite polychrome du XVIIème siècle.
Sainte Marguerite, terre cuite polychrome du XVIIème siècle.
Sainte Suzanne, bois polychrome du XVIème siècle.
Sainte Suzanne, bois polychrome du XVIème siècle.
Saint Eutrope, pierre polychrome du XVIème siècle.
Saint Eutrope, pierre polychrome du XVIème siècle.
Saint Joseph avec l’Enfant-Jésus, terre cuite polychrome du XVIIIème siècle.
Saint Joseph avec l’Enfant-Jésus, terre cuite polychrome du XVIIIème siècle.
Saint Jean Baptiste - pierre polychrome du XVIème siècle.
Saint Jean Baptiste - pierre polychrome du XVIème siècle.
Christ en croix - Bois du XVème.
Christ en croix - Bois du XVème.
Fonts baptismaux.
Fonts baptismaux.
La Création (1990) - Bernard Chardon
La Création (1990) - Bernard Chardon

Les vitraux.

Les vitraux ont été réalisés en 1886 par les maîtres-verriers Kuchelbecker et Jacquier du Mans.

Chapelle Sainte-Madeleine.

La chapelle, située au milieu du cimetière, était desservie par une confrérie du Saint-Sacrement dès le XIVème siècle. Pendant les périodes de guerre, l'église n'étant plus accessible, le culte était pratiqué dans cette chapelle.

Déjà en ruines en 1495, elle fut reconstruite en 1668 aux frais de Charles Bricel, prieur de Remmes.

La chapelle actuelle, qui ne mesure plus que 6m sur 4m, date de 1780, elle fut restaurée en 1826.

Les statues de l'église de Sainte Suzanne proviennent de cette chapelle. Dans la chapelle, on trouve encore quelques statues ainsi qu’une pierre tombale médiévale gravée d’une croix nimbée devant l’autel.

Pierre tombale médiévale.
Pierre tombale médiévale.

Croixde cimetière.  

Croix de la fin du XVIème siècle avec pupitre pour la lecture de l’évangile le jour des Rameaux.

Elle a la particularité d’être sculptée des deux côtés. D’un côté, elle porte un Christ en croix et de l’autre une Vierge couronnée.

Pupitre pour la lecture de l’évangile.
Pupitre pour la lecture de l’évangile.

Les enseignes.

Le tarot, par Jean-Claude Flornoy.

Jean-Claude Flornoy est né à Paris en 1950. Ce céramiste-décorateur de formation, installé dans la cité médiévale de Sainte-Suzanne, est aujourd’hui peintre de cartes du Tarot de Marseille.

Jean-Claude Flornoy a créé des enseignes représentant différentes cartes du jeu de tarot, qui sont visibles en flânant dans les rues de Sainte-Suzanne.

Monument aux morts - Place Ambroise de Loré.

Le monument aux morts (1914-1918) de Sainte-Suzanne a été inauguré le 9 octobre 1921. 

Une plaque, longtemps apposée dans l'église, porte le nom des 59 soldats suzannais morts pour la France durant la Première guerre mondiale.

Une plaque comportant les noms de 11 personnes, 7 militaires et 4 civils, morts durant la guerre  de 1939-1945 ainsi que deux canons y ont été ajoutés ultérieurement.

Devant le monument, un buste de poilu en fonte réalisé par Bénet. Au sommet du monument, un Coq en fonte, ailes ouvertes, œuvre de Lecourtier.

Les canons du Monument aux Morts.

Ces deux canons ont une portée de 10 km et nécessitaient 7 servants, ils ont été achetés à l'usine Schneider en 1939.

Les deux canons sont pris comme butin par les Allemands lors de l'offensive de 1940.

Le 7 août 1944, lors de la libération de Sainte-Suzanne par les Américains, les Allemands se réfugient dans les bois puis abandonnent les canons. Le général Weaver accepte de laisser ces deux canons à Sainte-Suzanne. Il n'existe plus que trois canons de ce type en France.

Le dolmen des Erves.

Cette sépulture mégalithique comprend une chambre quadrangulaire, couverte de deux dalles et aux piliers fortement espacés, accessible par un couloir surbaissé.

Des fouilles réalisées en 1983 ont permis de retrouver la base du cairn et de dater le monument dans l'intervalle 4700-4000 av. J.-C.

Repère de nivellement - altitude 162 mètres.
Repère de nivellement - altitude 162 mètres.