Saulges.

Chapelle Saint-Pierre.

La chapelle Saint-Pierre, un des monuments religieux les plus anciens de la Mayenne, était l’église paroissiale de Saulges jusqu’à la construction de l’église Notre-Dame au XIème siècle. Cette chapelle du VIIIème siècle est construite en bordure d’un important cimetière mérovingien.

On accède à l’édifice par une chapelle ajoutée au XVIème siècle.

Notre-Dame-des-Oui-Noués - copie du XXème siècle d'une statue en bois du XIIème siècle.
Notre-Dame-des-Oui-Noués - copie du XXème siècle d'une statue en bois du XIIème siècle.
Clé de voûte gravée datant du VIIIème siècle (?).
Clé de voûte gravée datant du VIIIème siècle (?).
Cerf à la fontaine - Gravure sur pierre (Carthage) - Vème siècle.
Cerf à la fontaine - Gravure sur pierre (Carthage) - Vème siècle.
Fer à hosties - (XVème ?).
Fer à hosties - (XVème ?).
Saint Céneré frappant le rocher d'où jaillit l'eau - Huile sur toile (1746).
Saint Céneré frappant le rocher d'où jaillit l'eau - Huile sur toile (1746).

Statuaire de l’église Saint-Pierre.

Le bâtiment contient de nombreuses statues datant du XVème au XVIIIème siècle dont saint Céneré, saint Martin, saint Ménelé, saint Michel, saint Aventin…

Saint Martin en costume renaissance - Bois polychrome du XVIème siècle.
Saint Martin en costume renaissance - Bois polychrome du XVIème siècle.
Saint Céneré - Terre cuite polychrome du XVIIème siècle.
Saint Céneré - Terre cuite polychrome du XVIIème siècle.
Saint Ménelé - Bois polychrome du XVème siècle (?).
Saint Ménelé - Bois polychrome du XVème siècle (?).
Sainte Radegonde - Calcaire polychrome du XVIIème siècle.
Sainte Radegonde - Calcaire polychrome du XVIIème siècle.
Sainte Barbe - Terre cuite polychrome du XVIème siècle.
Sainte Barbe - Terre cuite polychrome du XVIème siècle.
Saint Avertin, invoqué pour les maux de tête - Terre cuite du XVIIème siècle.
Saint Avertin, invoqué pour les maux de tête - Terre cuite du XVIIème siècle.
Saint Bibien, protecteur des animaux - Bois polychrome du XVIIème siècle.
Saint Bibien, protecteur des animaux - Bois polychrome du XVIIème siècle.
Sainte Catherine d'Alexandrie - Calcaire polychrome du XVème siècle.
Sainte Catherine d'Alexandrie - Calcaire polychrome du XVème siècle.
Le bienheureux Mérole, évêque du Mans - Bois polychrome du XVIIIème siècle.
Le bienheureux Mérole, évêque du Mans - Bois polychrome du XVIIIème siècle.
Saint Joseph et l'Enfant Jésus -  Terre cuite du XVIIème siècle.
Saint Joseph et l'Enfant Jésus - Terre cuite du XVIIème siècle.
Saint Michel terrassant le dragon - Bois polychrome du XVIème siècle.
Saint Michel terrassant le dragon - Bois polychrome du XVIème siècle.

L’église Notre-Dame de Saulges.

L’église Notre-Dame de Saulges fut construite en 1050, l’ancienne église Saint-Pierre étant trop étroite pour accueillir l’ensemble des paroissiens.

De la construction d’origine subsistent le chœur, les murs de la nef et la tour-clocher flanquée d’une tourelle d’escalier.

En 1848, on construit les deux bras de transept.

 

A l’entrée de l’église, à droite, une plaque de marbre rappelle le martyre du bienheureux Julien Moulé, curé de Saulges guillotiné à Laval le 21 janvier 1794.

Julien Moulé, né au Mans le 26 mars 1716, fut curé de Saulges de 1765 à 1794.

En 1792, les trois prêtres insermentés de Saulges furent amenés à Laval. Le plus jeune Jacques Houlard fut déporté en Grande-Bretagne où il resta jusqu’en 1838. L’aîné Jacques Jusseaume mourut en prison le 29 octobre 1792 à Patience. Quant à Julien Moulé, âgé de 78 ans, il fut guillotiné le 21 janvier 1794 après un interrogatoire sommaire, ainsi que 13 autres prêtres insermentés.

Le retable du maitre-autel.

Le retable, réalisé en 1692, est l’œuvre l’architecte lavallois François Langlois et de son élève Michel Lemesle. Au centre, une statue de la Vierge à l’enfant, à gauche saint Paul et à droite Louis II de Bourbon, prince de Condé, seigneur de Saulges, un personnage qui n’a jamais été canonisé mais que l’on prenait pour saint Louis. En 1898, l’Abbé Angot révèle la supercherie. On lui supprime alors la moustache, la barbiche et on lui rectifie le nez.

Retables de sainte Anne et de saint Sébastien.

Le retable de sainte Anne, dans la chapelle nord, et celui de saint Sébastien, dans la chapelle sud, datent de 1768.

La statue de la Sainte Trinité (1401).

Dieu le Père est assis sur un trône, il tient dans ses mains les bras de la Croix sur laquelle son Fils est cloué. La colombe du Saint-Esprit descend sur la tête du fils.

La Sainte Trinité (1401).
La Sainte Trinité (1401).

Retable du Christ au Calvaire (1401).

Cette œuvre d’art, sculptée en 1401 à la demande de Robin de La Roche et de Fouquet de La Roche, son fils aîné, semble être le premier retable de la Mayenne.

Au centre, le Christ en croix. A gauche, Robin de La Roche et ses trois fils sont présentés à la Vierge Marie par saint Julien, premier évêque du Mans. A droite, Tiphaine de la Roche et ses sept filles sont recommandées à saint Jean par saint Céneré ou saint Gilles.

Au-dessus des deux groupes, deux anges portent les armoiries de la famille de La Roche.

Autour du retable, cette inscription : " En l’an 1401 Robin et Fouquet tout à un Seigneurs de Valestrot pour lors et pour les vis et pour les mors on ceste chapelle fait faire, pour plus avoir Dieu en mémoire en l’oneur de la Trinité, qui leur pardoint par sa pitié "

Les vitraux.

Le vieux logis.

Cette ancienne maison, datant du XVème et du XVIIIème siècles, est composée d’un bâtiment principal et de deux pavillons reliés par un appentis plus récent. Les fenêtres de droite datent du XVIIIème siècle. Les vieilles lucarnes ont été remaniées. L’épaisseur des murs de la construction diminue progressivement.

Le lavoir.

Le lavoir de Saulges est une halle de forme carrée soutenue par une charpente en bois, sa toiture est en ardoise. Ce lavoir, en bon état, est alimenté par une source. Il est desservi par un escalier. Il était encore utilisé dans les années 70.

A côté du lavoir, un coin pique nique a été aménagé pour les touristes.

Oratoire de Saint-Céneré - Saulges.   

Vers 650, Saint Céneré quitte Rome, traverse la Gaule et s’installe en ermite dans une grotte sur les bords de l’Erve à Salvia (Saulges) capitale des Arviens. On dit qu'il fit jaillir une source, près de l'Erve, à l’endroit où est bâti aujourd'hui l'oratoire qui porte son nom. Il bâtit l'église Saint-Pierre dans le bourg de Saulges. Emporté par la maladie, Céneré meurt le 21 juillet 680.

En 1849, une construction de style néo-gothique remplace l'ancien oratoire en bois. Au pied de la statue du saint, coule une source intarissable. En 1936, une chapelle, provenant du château du Plessis à Saulges, est accolée à l’oratoire.

Ce lieu est toujours fréquenté par de nombreux pèlerins.

Le site des grottes de Saulges.

De Saulges, vous pouvez rejoindre les grottes de Saulges en empruntant un sentier pédestre.

Les grottes de Saulges sont situées dans la vallée de l'Erve, sur les communes de Saulges, de Thorigné-en-Charnie et de Saint-Pierre-sur-Erve.

Deux grottes sont ouvertes au public: la grotte Margot et la grotte Rochefort.

Plus de 150 voies d’escalade ont été aménagées sur les falaises, hauteur de 15 à 25 mètres.