Villaines-la-Juhel.

La mairie.

Robert Buron, qui fut plusieurs fois ministre, a été député de la Mayenne de 1945 à 1959, conseiller général de 1951 à 1970 et maire de Villaines-la-Juhel de 1953 à 1970.
Il décida de donner un nouvel essor à la ville en attirant des industriels parisiens. En 2002, la ville obtint le label de "ville moyenne" avec 1800 emplois dans l'industrie, 534 dans le tertiaire et une soixantaine d'associations.

Eglise Saint-Georges.

La première pierre de la nouvelle église, dédiée à saint Georges, a été posée le 30 mai 1900. L'église est inaugurée le 6 mars 1904. Le sous-sol marécageux n'a pas permis la construction d'un clocher. Un beffroi est ajouté en 1984.

Les vitraux.

Vitrail du choeur : Les quatre évangélistes.

Saint Georges terrassant le dragon - Auguste Alleaume (1903).

Au centre de la verrière, saint Georges, en armure, sur son cheval blanc, terrasse le dragon avec sa lance. Au second plan, on aperçoit une jeune princesse délivrée par le saint. Au-dessus de saint Georges, la croix rouge des croisés. La signature est à peine lisible en bas à gauche, sur une pierre située sous la queue du dragon.

Vitrail du Sacré Coeur - Auguste Alleaume (1927).

Vitrail offert en mémoire de Monsieur et Madame Guillodard.

Vitrail de sainte Bernadette.

Vitrail portant la signature M A

 

Le clocher Saint-Georges.

La Tour Saint-Georges est un vestige de l'ancienne église paroissiale, dédiée à saint Georges, construite au XIIème siècle et démolie en février 1963. On peut apercevoir, sur les murs, une disposition des pierres en arêtes de poisson caractéristique de cette époque. Les trois cloches sonnent encore l'appel aux cérémonies religieuses.

Les fenêtres de l’ancienne église Saint-Georges ont été transférées dans l’église Saint-Jean de Laval.

Pierres tombales - XVIIème siècle.

Ces pierres tombales proviennent de l'ancienne église Saint-Georges.

Stèle gauloise.

Cette pierre était couchée sur le parvis de l'ancienne église et servait de pierre d'annonce.

Le monument aux morts.

Monument du caporal Ronald Baker.

" Ici, le 12 août 1944, tomba, pour notre libération, le soldat américain Ronald Baker."

Le 12 août 1944, une jeep des forces américaines est envoyée en éclaireur sur la route allant de Courcité à Villaines-la-Juhel. Arrivée au Bignon, à l'entrée de Villaines-la-Juhel, la jeep est prise dans une embuscade allemande. Le chauffeur, le caporal Ronald Baker, est tué d'une balle dans la poitrine. Les trois autres occupants de la jeep sont faits prisonniers.