L'Hospice Saint-Louis.

« L’hospice Saint-Louis est pour les infirmes, les vieillards et les enfants trouvés. Il fut fondé, en 1678, par les ducs de la Trémoille, et augmenté par les libéralités de plusieurs négocians de Laval, morts en pays étranger, et qui ont laissé leurs biens à cette maison. L’hospice est desservi par les sœurs d’Evron, et on a fait venir dernièrement, pour soigner les garçons, des Frères de Saint-Joseph. »

L’ami de la religion et du roi, journal ecclésiastique, politique et littéraire. Tome quarante-cinquième (1825)

 

Le premier bâtiment, construit en 1678, fut détruit en 1848 et remplacé par une halle aux poissons. Ces bâtiments abritent aujourd'hui la poste et l'office de tourisme.

Les nouveaux bâtiments de l'hospice Saint-Louis, construits en 1848 rue de Nantes, sont occupés actuellement par la Croix-Rouge et notamment son institut de formation en soins infirmiers.

Vue d'ensemble de l'hospice Saint-Louis.
Vue d'ensemble de l'hospice Saint-Louis.
La chapelle de l'hospice.
La chapelle de l'hospice.
En 1633, Saint Vincent de Paul fonde la Compagnie des Filles de la Charité, aussi appelées Sœurs de saint Vincent de Paul, qui sont vouées au service des malades et des pauvres. Cette institution est à l'origine de l'hôpital des Enfants-Trouvés de Paris.
En 1633, Saint Vincent de Paul fonde la Compagnie des Filles de la Charité, aussi appelées Sœurs de saint Vincent de Paul, qui sont vouées au service des malades et des pauvres. Cette institution est à l'origine de l'hôpital des Enfants-Trouvés de Paris.
Entrée de l'hospice.
Entrée de l'hospice.
Aujourd'hui, les bâtiments sont occupés par la Croix-Rouge.
Aujourd'hui, les bâtiments sont occupés par la Croix-Rouge.

Le tour de l'hospice Saint-Louis.

Les abandons d’enfants ont connu une hausse tragique au XVIIIè siècle (on en dénombre près de 7000 à Paris en 1770).

Déjà connu au XVIIIè siècle, le tour devint obligatoire par décret du 19 janvier 1811.

Le tour, ou tiroir ou tourniquet est un appareil fonctionnant sur pivot, il permettait de déposer anonymement un nouveau-né que l’on souhaitait abandonner à la charité publique. Une fois l'enfant déposé, la personne actionnait une cloche afin de prévenir la soeur tourière qui avait charge de récupérer l'enfant.

Souvent un billet était attaché aux langes du bébé. Les parents y mentionnaient le prénom qu’ils avaient donné à l’enfant et tentaient de justifier leur acte. Très souvent aussi, ils faisaient part de leur intention de reprendre leur enfant quand leur situation matérielle se serait améliorée.

A Laval, c'est l'Hospice Saint-Louis qui était chargé de l'accueil de ces enfants.

Portail près duquel se trouve le tour.
Portail près duquel se trouve le tour.
Le tour de l'hospice Saint-Louis.
Le tour de l'hospice Saint-Louis.

Enfant abandonné- Archives de l'hospice Saint-Louis.

Du 2 frimaire an 10 à 9 heures du soir.

A été exposé à la porte de l’hospice donnant sur le cimetière un enfant de sexe féminin âgé de trois jours, vêtu d’un langeul (lange) blanc de moilton (molleton), d’une petite camisole (chemise) pareille, des mitons de moilton blanc bordés d’un petit ruban violet et un ruban rouge tenant le miton, un bonnet de finette blanche bordé de filet blanc, un petit bonnet de coton blanc attaché d’un ruban rouge, quatre couches, deux bielles (chemisette de nouveau-né), deux petits béguins (coiffe que l’on met aux enfants sous le bonnet) de toile garnis de dentelles, lequel était couché dans un panier garni de foin, lequel enfant était en outre porteur d’une demi-médaille en potain (métal composé de cuivre, de plomb et d’étain) ou cuivre, ou moitié de sou marqué, attachée avec un petit ruban violet noué et d’un écrit portant pour souscription "A Madame Madame Rabit Supérieure de l’hôpital St-Joseph" et conçu en ces termes en grosse écriture :

 

« Cettanfans est nez du vingt un novanbre entre quatre et cinq heurs du matin

Madame voila une petite fille que je vous anvoÿe je vous prie de lui servir de mere jus quatans quel ai trouvez la cienne. je vous prie de metre la raborie marinne (la femme Raborie comme marraine) et lui donner le non de Mélanie, je vous recommande la marque voila douze sol que je vous anvoie pour metre un cierge devans la bonne vierge a surfin que dieu la conserve »

 

Mélanie morte le 22 frimaire an 10 à l’hospice.

Mot et demi-médaille accompagnant un enfant abandonné à l'hospice Saint-Louis le 2 frimaire an 10.
Mot et demi-médaille accompagnant un enfant abandonné à l'hospice Saint-Louis le 2 frimaire an 10.